CASSAGNE

Par Gilles Pichavant

Cheminot, conducteur de train à Toulouse ; révoqué en 1910.

Cassagne était conducteur de train à la Compagnie des chemins de fer du Midi. Le 14 octobre 1910, il était en grève et ne se présenta pas au départ de son train à Toulouse (Haute-Garonne), prévu à 7 heures du matin. Il fut immédiatement révoqué par l’ingénieur du réseau, en même temps que deux autres conducteurs, Foujean et Coudie. La même mesure fut prise contre le facteur comptable Oustic, qui refusa de continuer le service commandé.

Alors que la grève était terminée partout en France, Toulouse continuait la grève. Le 19 octobre, Cassagne, en tant que président du comité de grève local, adressa un télégramme au président du comité national de grève : « Le comité de grève ne comprenant pas la décision [de reprise] et le manifeste, vous somme de venir immédiatement fournir des explications. Décide en attendant de passer outre la décision sus-visée. »

D’après la presse, le comité de grève avait d’autre part fait placarder des affiches dans la ville, dans lesquelles il déclarait que "les trahisons ne découragent pas les cheminots, et que la grève à outrance continue". L’affiche se terminait par ces mots : "jusqu’à la mort". Il semble que jusqu’à cette date, la grève resta puissante, et que l’on ne comptait que deux reprises.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article182024, notice CASSAGNE par Gilles Pichavant, version mise en ligne le 25 juin 2016, dernière modification le 5 mai 2022.

Par Gilles Pichavant

SOURCES : La Dépêche de Brest, 12 octobre 1910 http://www.ladepechedebrest.fr/collection/11569-la-depeche-de-brest/?n=1, ainsi que le numéro du 20 octobre.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément