NADEAU Léon

Par Dominique Tantin

Né le 29 mai 1901 à Saint-Pierre d’Oléron (Charente-Inférieure, Charente-Maritime), abattu le 15 août 1944 à Fontenille, aujourd’hui Fontenille Saint-Martin-d’Entraigues (Deux-Sèvres) ; cultivateur ; victime civile.

Plaque commémorative
Plaque commémorative
Crédit : Dominique Tantin

Fils de Eugène Victor Nadeau, cultivateur, et de son épouse Léa Marie Louise Robert, Léon Nadeau, veuf de Alice Gérard, épousa en secondes noces Aline Moinard à Chauray (Deux-Sèvres) le 1er février 1940. Le couple était domicilié à Chaban, commune de Chauray et de passage à Fontenille.
Le 15 août 1944, les Allemands, en camions, firent irruption à Fontenille à la recherche, sur renseignements, de soldats capturés par les FFI le 13 août à Melle (Deux-Sèvres). Ils les délivrèrent et arrêtèrent leurs gardiens.
Entendant des coups de feu, Michel Donizeau et ses parents, accompagnés de Léon Nadeau, s’enfuirent vers les champs pour se cacher. Une rafale tua Léon Nadeau et blessa mortellement Michel Donizeau.
Léon Nadeau obtint la mention « Mort pour la France » le 2 août 1945.
Une plaque commémorative fut apposée au n° 24, non loin de l’église, en souvenir des événements de cette tragique journée. Son texte est le suivant : « Souvenez-vous du 15 août 1944. Des habitants de Fontenille furent amenés devant ce mur par les Allemands. 7 furent emprisonnées. 2 furent tués. »
Les sept prisonniers furent conduits à la caserne Dugusclin à Niort, puis déportés. Certains, à l’instar d’André Guienne et de son fils Pierre, parvinrent à s’enfuir à Paray-le-Monial en profitant de l’attaque du convoi par l’aviation alliée.

Le maire de la commune de Saint-Martin-d’Entraigues rédigea le 29 septembre 1944, à l’appui de la demande d’attribution à titre civil de la mention Mort pour la France, un récit des circonstances de la mort de Michel Donizeau et de Léon Nadeau.

"Le 15 août dernier, au cours de l’intervention d’une colonne allemande pour délivrer des prisonniers faits par les FFI et enfermés dans un local du bourg de Fontenille, le jeune Donizeau et ses parents accompagnés de M. Nadeau de Chauray (Deux-Sèvres) de passage chez eux, entendant de toutes parts des coups de feu, sortirent de leur maison située près de l’agglomération de Fontenille et cherchèrent à gagner les champs dans le but de se cacher. Les Allemands tirèrent sur eux. M. Nadeau fut tué, M. Donizeau père touché légèrement par une balle et son fils Michel la jambe broyée par une rafale de balles tomba. Un soldat lui tira à bout portant un coup de feu qui l’atteignit à la gorge sous les yeux de ses parents. La mère agenouillée auprès de son fils agonisant fut brutalisée, frappée à coups de crosses et traînée sur la place de l’église avec les habitants de Fontenille […]. Le décès a été constaté par le Docteur Jean Gay de Chef-Boutonne."

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article182072, notice NADEAU Léon par Dominique Tantin, version mise en ligne le 27 juin 2016, dernière modification le 22 août 2019.

Par Dominique Tantin

Plaque commémorative
Plaque commémorative
Crédit : Dominique Tantin

SOURCES : DAVCC, Caen. — Archives dép. des Deux-Sèvres, 158 W 221. — Plaque. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément