LEFÈVRE Marthe

Par Frédéric Stévenot

Née le 17 décembre 1886 à Bohain (Aisne), morte en déportation le 27 février 1945 à Ravensbrück (Allemagne), directrice d’école, résistante réseau « Musician Tell ».

Fille de Simon Jean Lefèvre, 28 ans, charpentier demeurant à Bohain, et d’Élisa Lefèvre, son épouse, 26 ans, ménagère.

D’après l’encyclopédie picarde, Marthe Lefèvre a effectué sa scolarité dans une institution religieuse. Elle entra à l’École normale d’institutrices de Laon (Aisne) en 1902. À sa sortie en 1905, elle effectua un stage à Bath (Royaume-Uni) pour perfectionner sa maîtrise de l’anglais. Elle fut alors affectée comme stagiaire à Rozoy-sur-Serre (Aisne), puis comme titulaire à Guise et à Saint-Thomas (Aisne) ; une plaque apposée sur le mur de l’école de cette dernière commune, rappelle qu’elle y enseigna cinq années.
Marthe Lefèvre fut évacuée en Bretagne entre 1917 et 1919. De retour dans le département, elle fut affecté à Marchais, avant de devenir directrice de l’école d’Origny-Sainte-Benoîte. Elle termina sa carrière comme directrice de l’école des filles du faubourg d’Isle, à Saint-Quentin.

Dès le début de l’occupation, Marthe Lefèvre manifesta son opposition à cet état de fait. À sa retraite, elle s’établit chez sa mère au 12 avenue de la République, à Saint-Quentin, et elle s’investit dans la résistance. En avril 1943, elle accueillit la capitaine Guy Bieler, initiateur du réseau SOE « Musician-Tell », puis l’opératrice Yolande Beekman en septembre. Le réseau tomba en janvier ; Marthe Lefèvre fut arrêtée à son domicile le 15.
Marthe Lefèvre fut déportée vers le camp de Ravensbrück, par le convoi I. 204, qui partit de Paris la 18 avril 1944 avec 416 femmes, dont environ 80 % purent rentrées. Elle portait le matricule 35 400.

Citée à l’ordre de l’armée (décision n° 854 du ministre Max Lejeune), Marthe Lefèvre reçut post mortem la croix de guerre avec étoile de vermeil le 17 août 1950. Elle obtint également la médaille de la Résistance (décret du 11 mars 1947) et la Légion d’honneur (décret du 25 octobre 1950). Elle fut homologuée FFC et DIR (GR 16 P 353634).

Une plaque rend hommage à Marthe Lefèvre, à Saint-Quentin (Aisne), apposée sur la façade de l’école qui porte aujourd’hui son nom, avenue Pierre-Choquart, dans le quartier de Neuville.

« École Marthe-Lefèvre

À la mémoire de
Mlle Marthe Lefèvre
née à Bohain (Aisne)
le 17 décembre 1886
directrice
de l’école d’Isle (filles)
Membre de la
Résistance française.
Arrêtée par la Gestapo
la 15 janvier 1944.
Morte pour la France
À Ravensbrück (Allemagne)
en février 1945 ».

Un collège de Saint-Quentin porte son nom. Le 8 mars 1946, le conseil municipal de Saint-Quentin l’attribua à la rue anciennement nommée « Chemin des Framettes », commençant rue Jean-Jaurès et se terminant rue Jacquart, dans la cité Ficheux. Une rue de Bohain est également à son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article182433, notice LEFÈVRE Marthe par Frédéric Stévenot, version mise en ligne le 9 juillet 2016, dernière modification le 30 mai 2018.

Par Frédéric Stévenot

SOURCES. SHD, dossiers adm. des résistants. — Sites Internet : Mémorial GenWeb ; Fondation pour la mémoire de la déportation ; Encyclopedie picarde. — État civil de Bohain (5 Mi1397 - 1885-1887).

ICONOGRAPHIE : Mémorial GenWeb

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément