FOSSE Édouard, Marcel

Par Jacques Girault

Né le 3 octobre 1896 à Draveil (Seine-et-Oise, Essonne), mort le 1er septembre 1988 à Mantes-la-Jolie (Yvelines) ; instituteur ; résistant ; militant socialiste et syndicaliste SNI de Seine-et-Oise puis des Yvelines ; maire de Limay (Seine-et-Oise, Yvelines) de 1964 à 1970.

Fils d’Eugène Fosse, instituteur devenu directeur d’école, et d’Élisa née Dulong, Édouard Fosse reçut les premiers sacrements catholiques. Après avoir fréquenté l’école primaire supérieure de Rambouillet (Seine-et-Oise, Yvelines), il entra à l’École normale d’instituteurs de Versailles (Seine-et-Oise, Yvelines). Mobilisé de 1915 à 1919, il adhéra au Syndicat dès son premier poste. Il se maria religieusement à Mantes-sur-Seine (devenue Mantes-la-Jolie, Seine-et-Oise, Yvelines) en septembre 1919 avec Germaine Metais ; le couple eut trois enfants qui ne furent pas baptisés.

Instituteur à Follainville (1920-1930), puis directeur à Limay (Seine-et-Oise, Yvelines), il fut secrétaire général de la section départementale du Syndicat national de 1934 à 1937, il participa à tous les congrès nationaux de 1934 à 1938. Fondateur de la Cinémathèque pédagogique de la circonscription de Mantes-la-Jolie, il était membre du bureau départemental de la Ligue de l’enseignement.

Membre de la SFIO, franc-maçon (Grand Orient de France, loge « Liberté par le Travail » de Mantes), militant du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes et de la Ligue des droits de l’Homme, il fut gréviste le 30 novembre 1938.

Mobilisé comme capitaine en septembre 1938, Édouard Fosse fut révoqué comme franc-maçon en 1941. Membre de l’OCM en 1941-1942, de Libération Nord ensuite, il fut chargé par Lapierre de la reconstitution du SNI dans la clandestinité. En novembre 1943, il rejoignit les Forces françaises libres via l’Espagne et termina la guerre comme colonel, commandant le Premier régiment de Marche du Tchad (2e DB).

Édouard Fosse fut élu conseiller municipal de Limay lors d’une élection partielle en septembre 1959. Adjoint au maire de 1959 à 1964, il devint alors maire à la suite de la démission de l’intéressé. Réélu en 1965, il abandonna son mandat à la fin de 1970 à la suite d’un différend avec le sous-préfet. Il était considéré alors comme socialiste indépendant.

Divorcé en 1944, Édouard Fosse s’était remarié au Chesnay (Seine-et-Oise, Yvelines), en mars 1945 avec Germaine Devoucoux.

Fin 1985, il habitait toujours à Mantes-la-Jolie et était, depuis 1977, président d’honneur de l’Association des Combattants volontaires de la Résistance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article18250, notice FOSSE Édouard, Marcel par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 octobre 2008, dernière modification le 31 juillet 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Presse syndicale. — Renseignements fournis par l’intéressé. — État civil de Draveil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément