BERNARD Maurice, Émile

Par Frédéric Stévenot

Né le 26 juin 1892 à Sains-Richaumont (Aisne), mort lors de sa déportation entre le 2 et le 5 juillet 1944, entre Compiègne et Dachau ; vétérinaire ; chef local de la Résistance (ORA).

Fils de Gustave Honoré Bernard, 27 ans, boucher domicilié à Sains, et de Hélène Georgette Georgeot, 22 ans, sans profession, son épouse, Maurice Bernard se maria le 6 décembre 1920 à Lavaqueresse (Aisne) avec Adrienne Emma Blanche Poulin.

Chef l’ORA à Guise, Maurice Bernard fut déporté par le convoi I 240 vers Dachau. Le « train de la mort » quitte Compiègne le 2 juillet 1944 avec 2 152 hommes, dont beaucoup moururent en cours de route. C’est le cas de Maurice Bernard.

Il est « mort pour la France » (AC 21 P 20 818) à titre militaire.

Une plaque a été apposée sur sa maison, à Guise. Son nom figure également sur le monument aux morts de la ville, et sur une stèle aux « victimes de la barbarie nazie » qui est à la sortie de la ville, en direction de Laon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article182517, notice BERNARD Maurice, Émile par Frédéric Stévenot, version mise en ligne le 12 juillet 2016, dernière modification le 18 novembre 2020.

Par Frédéric Stévenot

SOURCES. Sites Internet : Fondation pour la mémoire de la déportation ; Mémoire des hommes]. — État civil de Sains-Richaumont (5 Mi 1656).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément