LI Xiuren

Par Lucien Bianco

Dirigeant syndical en R.P.C. Émet pendant les Cent Fleurs (mai j 1957) des critiques à l’égard des syndicats qui sont aussitôt contestées par de nombreux cadres syndicaux de base.

Vice-président de la Fédération chinoise des syndicats, Li Xiuren communique au début de la période des Cent Fleurs les résultats d’une mission d’enquête en province. Selon lui, à force de prendre le parti de l’administration (c’est-à-dire des employeurs) en toutes circonstances, les organisations syndicales ont perdu la confiance des ouvriers. Par dérision, certains ouvriers ont baptisé leur syndicat : « service de contrôle des ouvriers », ou : « queue de l’administration », ou encore : « langue de la bureaucratie ». Dans le port de Canton, d’anciens dockers devenus responsables syndicaux incitent les médecins à ne pas délivrer de certificat médical à des manutentionnaires épuisés par un horaire démentiel (seize heures de travail par jour, avec un jour de repos sur trois) qui avait provoqué un absentéisme énorme (60 % des effectifs).
Les cadres de base en désaccord avec Li Xiuren ne contestent ni ce qu’il révèle de la condition ouvrière, ni même la défaillance des syndicats. C’est sur les mobiles des responsables syndicaux que leur analyse diverge. Li les présente comme déchirés entre l’obéissance au Parti (dont ils sont toujours membres) et la défense des intérêts ouvriers : à l’intérieur du Parti, ils se font les avocats des revendications « légitimes » des ouvriers et combattent telle ou telle décision bureaucratique « incorrecte » ; devant les masses, ils défendent toutes les décisions du Parti. Les cadres syndicaux de base avancent une explication beaucoup plus simple : dès qu’ils sont en désaccord avec le Parti, celui-ci les accuse de vouloir semer la discorde entre le Parti et les masses ; s’ils persistent, on les transfère à un autre poste, comme cela est arrivé à un certain Mao Haigen (président du syndicat d’une usine textile de Shanghai), qui a eu le tort de faire quelques révélations d’importance à Li Xiuren au cours de son enquête.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article182587, notice LI Xiuren par Lucien Bianco, version mise en ligne le 9 novembre 2016, dernière modification le 9 novembre 2016.

Par Lucien Bianco

ŒUVRE : Le rapport rédigé par Li Xiuren au terme d’une tournée de plus de 4 000 km a été publié dans Gongren Ribao (Le Quotidien des Ouvriers) à partir du 9 mai 1957. Il a provoqué un débat sur « la crise du travail syndical » dans le même journal (du 25 mai au 18 juin 1957).

SOURCES : Aray (1973). — Gipouloux (1981). — MacFarquhar (1960).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément