CARLIN Jules

Par Jean-Pierre Besse et Jean-Pierre Bonnet

Né le 9 janvier 1907 à Jeantes (Aisne), mort le 25 septembre 1985 à Mouy (Oise) ; chef de train puis carrier puis gardien de propriété ; syndicaliste CGT révoqué en 1948 ; membre du secrétariat de l’Union départementale CGT de l’Oise (1956-1963) ; membre du bureau fédéral du PCF de l’Oise (1953-1962).

Titulaire du certificat d’études primaires, Jules Carlin travailla d’abord chez Austin à Liancourt (Oise) d’où il fut licencié en 1925 pour son activité syndicale. Il exerça par la suite plusieurs activités avant d’entrer à la Compagnie du Nord le 18 mars 1929. Chef de train à Creil (Oise), il militait avant guerre à la CGTU puis à la CGT réunifiée. Il eut plusieurs fois des conflits avec sa hiérarchie, en particulier en 1937 lorsque son chef de service le sanctionna d’un blâme et d’une retenue financière.
Durant la guerre, Jules Carlin participa à la Résistance au sein de l’Organisation civile et militaire (OCM). Ses activités s’étendaient sur le secteur sud de l’Oise qui était une zone ferroviaire importante pour les transports de munitions des Allemands.
Il adhéra en 1944 au Parti communiste et devint secrétaire du puissant syndicat CGT des cheminots de Creil. À ce titre, il joua un rôle moteur dans les grèves de novembre 1947. Suspendu pour entrave à la liberté du travail et à la circulation des trains, il fut révoqué le 3 février 1948. Il ne retrouva ses droits de cheminots qu’avec l’amnistie de 1981. Père de cinq enfants, Jules Carlin travailla comme carrier chez Civet-Pommier à Saint-Maximin (Oise) de 1948 à 1959, puis comme gardien de la propriété de la ville d’Aubervilliers à Bury (Oise).
Jules Carlin fut élu en 1952 membre de la commission administrative de l’Union départementale CGT. En mai 1953, il accéda au bureau départemental et, de décembre 1956 à avril 1963, siégea au secrétariat. En 1960, il était secrétaire de la Fédération agricole de l’Oise. Jules Carlin fut par ailleurs candidat communiste aux élections municipales de 1947 et 1953 à Nogent-sur-Oise (Oise) et en 1958 aux élections cantonales dans le canton de Betz (Oise). Il fut aussi membre du bureau fédéral du PCF de 1953 à 1962 ; il devint à cette date membre de la commission fédérale de contrôle financier.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article1826, notice CARLIN Jules par Jean-Pierre Besse et Jean-Pierre Bonnet, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 3 mai 2022.

Par Jean-Pierre Besse et Jean-Pierre Bonnet

SOURCES : Arch. Fédération CGT des cheminots. — Arch. du comité central du PCF. — Arch. de la CGT-Oise. — Presse communiste oisienne. — Renseignements fournis par la famille.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément