COUTURIER Émile

Socialiste à Brest ; opposant au Second Empire ; sympathisant de la Commune de Paris.

Il est question de ce personnage dans un rapport sur les menées socialistes à Brest, de 1862 à 1889, établi par le commissaire spécial de police de Brest, le 23 mai 1889, et adressé au préfet du Finistère (Arch. Mun. Brest). D’après ce rapport, Couturier, sous-agent administratif de la Marine, arriva à l’arsenal de Brest en 1862, venant de Rochefort-sur-Mer (Charente-Inférieure). Il fonda parmi les ouvriers de l’arsenal une société secrète pour la défense de leurs intérêts, mais, découvert, fut chassé de l’arsenal comme révolutionnaire. Pour l’aider à vivre, les membres de son organisation clandestine lui abandonnèrent l’avoir en caisse de l’organisation.

Voici quelle fut la carrière de Couturier, reconstituée d’après ses œuvres, telles qu’on peut les trouver à la Bibliothèque nationale et qui consistent, en dehors de ses ouvrages de grammaire, en plaquettes retraçant ses démêlés avec l’administration ou ses démarches en faveur d’ouvriers.

Commis de direction de travaux à Rochefort-sur-Mer, Couturier passa avec succès le concours de sous-agent administratif et fut nommé à Saint-Gervais (en Vendée sans doute) puis à Toulon en 1862. (A quel moment fut-il nommé à Brest, où il ne dut rester que très peu de temps, il est impossible de le dire). Fin 1866, il demanda à revenir à Rochefort. On lui refusa cette nomination parce qu’il avait inséré, dans une grammaire publiée en 1864-1865, des textes « propres à entretenir et à propager le mécontentement et l’indiscipline parmi les ouvriers des arsenaux » et on le déplaça à Alger en janvier 1867. Ayant rédigé une protestation qu’il fit imprimer, il fut condamné à un mois de prison militaire, ce qui ne l’empêcha pas de faire imprimer une seconde protestation en juillet 1869.

Le 20 février 1872, il comparut devant la cour d’assises de Saintes pour s’être montré, dans son journal, Les Travailleurs unis, de Rochefort, « partisan de la révolution communale » et avoir attaqué la Commission des grâces. Il se proclamait républicain, franc-maçon, libre penseur et respectueux de l’ordre établi. Il fut acquitté.

En 1876, Couturier était qualifié d’officier en retraite de l’administration de la Marine. Il était membre du conseil municipal de Rochefort et président-secrétaire du comité des ouvriers de la Marine.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article182669, notice COUTURIER Émile, version mise en ligne le 19 juillet 2016, dernière modification le 2 mars 2019.

SOURCES : Arch. Mun. Brest, rapport du commissaire spécial de police, 23 mai 1889.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément