DEGOUVE-DENUNCQUE Édouard, Albert, François, Joseph

Par Notice revue et complétée par M. Cordillot

Né à Douai, le 16 août 1810, mort à Compiègne, le 4 mai 1878 ; opposant à la monarchie puis au Second Empire ; coopérateur.

Fils de magistrat, républicain libéral sous la monarchie de Juillet, lié à Armand Marrast, il collabora à divers journaux réformistes, parmi lesquels Le National, qui publiait vers 1843 les correspondances que Degouve-Denuncque adressait aux feuilles de province. Préfet en 1848-49, il fut ensuite écarté des affaires publiques par Louis-Napoléon Bonaparte, et s’occupa de travaux d’exploitation de la houille.

Il se réfugia aux États-Unis en 1851, au lendemain du coup d’État de Louis-Napoléon. L’année suivante, il était en correspondance avec Ch. Ant. Rousseau qui projetait une insurrection à Paris. De retour en France sans doute après l’amnistie de 1859, il se rangea dans l’opposition. Candidat aux élections législatives de 1863 dans le Pas-de-Calais, il était le correspondant à Paris du Journal de Rouen.

En 1868, il fut l’un des signataires du Manifeste-programme coopératif publié par La Réforme, qui avait succédé à La Coopération. Après la proclamation de la République, il fut élu en novembre 1870 adjoint au Maire du Xe arr. de Paris. Après le 18 mars 1871, il refusa de reconnaître l’autorité du Comité central et dut s’enfuir pour éviter d’être arrêté. Il reprit son poste au lendemain de la Semaine sanglante, et occupa la fonction de conseiller municipal pour le quartier de l’hôpital St-Louis jusqu’à sa mort en 1878. Il était toujours très lié au mouvement coopérateur.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article182676, notice DEGOUVE-DENUNCQUE Édouard, Albert, François, Joseph par Notice revue et complétée par M. Cordillot, version mise en ligne le 20 juillet 2016, dernière modification le 26 mars 2019.

Par Notice revue et complétée par M. Cordillot

SOURCES : Jean Gaumont, La Coopération en Normandie, 1957, p. 5. — Damé, La résistance, p. 281 sq, 347 sq. — Marcel Boivin, Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen, 1851-1876, Rouen, PUR, 1989, vol. 1, p. 196, n 16. — Georges Weil, Histoire du Parti Républicain en France (1814-1870), Paris, Félix Alcan, 1928, p. 193. — Francis Ambrière, « Qui était Flora Tristan ? », Bulletin de la Révolution de 1848, 4, p. 24. — G. Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, Paris, Hachette, 1858, rééd. 1893., 5e éd., p. 531.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément