DELETTRA Joséphine (ou DELETTRAS Joséphine), née Courtois

Née le 5 octobre 1820 à Laroche (Haute-Savoie). En 1871, veuve, mère de trois enfants, vivant en concubinage, couturière travaillant chez elle, elle habitait, 22, rue Doudeauville, à Montmartre ; communarde.

Elle fut accusée d’avoir contribué à l’érection de la barricade située au coin des rues Doudeauville et Stephenson (XVIIIe arr.), pendant la Semaine sanglante. « Munie d’un fusil et d’une cartouchière, une écharpe rouge autour du corps, elle encourageait les défenseurs de la barricade et leur distribuait des cartouches. » Bien qu’elle repoussât cette accusation, elle fut accablée par le témoignage d’une épicière dont le mari avait été arrêté comme « mouchard » par la Commune ; celle-ci affirma qu’elle fréquentait régulièrement les clubs Saint-Bernard et de la Boule Noire et qu’elle s’était vantée d’avoir été surnommée à Lyon, en 1848, la « Reine des barricades ».
Elle fut condamnée, le 8 avril 1872, par le 26e conseil de guerre, à vingt ans de détention. Après plusieurs diminutions, le restant de sa peine lui fut remis le 15 janvier 1879.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article182680, notice DELETTRA Joséphine (ou DELETTRAS Joséphine), née Courtois, version mise en ligne le 20 juillet 2016, dernière modification le 3 avril 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/779. — Arch. Min. Guerre, 26e conseil, dossier 92.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément