DENIEAU Étienne, Louis (ou DENIAU Étienne)

Né le 19 novembre 1821 à Onzain (Loir-et-Cher), Denieau exerçait, en 1871, la profession d’entrepreneur-menuisier ; communard.

Marié à Onzain en 1842, il était père d’un enfant. Denieau habita Saint-Rémy-les-Chevreuse jusqu’au siège de Paris en 1870, puis, 8, rue Neuve-des-Boulets, à Paris, XIe arr. Famille honorable, dit un rapport de police.

À la suite du coup d’État du 2 décembre 1851, Il avait été condamné, et interné à Vannes (Morbihan). Il fut libéré en 1856.

Simple garde à la 1re compagnie de marche du 67e bataillon pendant le 1er Siège, il appartint au même bataillon après le 18 mars 1871 ; il fut membre du conseil de famille et délégué de sa compagnie ; vers le 10 mai, il passa deux jours à Issy ; il avait un fils incorporé dans la même compagnie et qui fut tué derrière une barricade. Lui-même se retira chez lui lors de l’entrée des troupes et sortit le 25 mai pour rejoindre son bataillon, rue Basfroi, XIe arr., et y remplir ses fonctions de délégué ; il fut arrêté le 28 mai à Ménilmontant.
Le 5e conseil de guerre le condamna, le 13 mars 1872, à cinq ans de détention, peine réduite à quatre ans, le 20 janvier 1875 ; la surveillance fut remise le 28 mai 1878. En 1877, il était géomètre-arpenteur à Montrichard (Loir-et-Cher).

Voir Deniau E., avec lequel il y a probablement identité.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article182681, notice DENIEAU Étienne, Louis (ou DENIAU Étienne), version mise en ligne le 20 juillet 2016, dernière modification le 9 avril 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/752. — Arch. Min. Guerre, 5e conseil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément