JAMES Alphonse, Joseph [pseudonyme dans la Résistance : Ailhaud]

Par Jean-Marie Guillon

Né le 15 juillet 1903 à Collobrières (Var), exécuté sommairement le 16 juin 1944 à Allemagne-en-Provence (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence) ; cultivateur ; communiste ; membre de l’état-major départemental des Francs-Tireurs et partisans (FTP).

Allemagne-en-Provence, monument aux fusillés du 16 juin 1944
Allemagne-en-Provence, monument aux fusillés du 16 juin 1944

Responsable communiste, Alphonse James était né dans le Var où son père, Isidore, originaire d’Allemagne-en-Provence, était cultivateur, sa mère, Grazia Mattei, étant sans profession. Il participa à la reconstitution du Parti communiste dans la clandestinité en liaison avec Maurice Favier Celse, membre de la direction de secteur. Faisant partie de l’état-major des FTP, adjoint au commissaire aux effectifs régional (commissaire politique) Joseph Laurenti, il assurait la liaison avec le triangle de direction régional du PC. Son pseudonyme est particulièrement significatif puisqu’il s’agit du nom du chef de l’insurrection républicaine bas-alpine de décembre 1851 contre le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte, le garde forestier Ailhaud de Volx.
Alphonse James fut abattu près de chez lui, au Moulin Saint-Marc, le 16 juin 1944, comme huit autres habitants du village par des éléments de la colonne allemande chargée de réprimer l’importante concentration de résistants qui s’était constituée autour et sur le plateau de Valensole (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence) à la suite du débarquement de Normandie, le 6 juin 1944. Cette colonne était accompagnée par les auxiliaires français de la 8e compagnie Brandebourg (groupe Sohn), chargé de l’infiltration de la Résistance et sans doute responsable du repérage des militants.

Le carré des fusillés du 16 juin se trouve au cimetière. Un monument a été érigé sur la place « du 16 juin 1944 » où ont eu lieu la plupart des exécutions. Une rue et une place d’Allemagne portent son nom. Il obtint la mention de « Mort pour la France » et fut décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume le 14 septembre 1960.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article182737, notice JAMES Alphonse, Joseph [pseudonyme dans la Résistance : Ailhaud] par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 20 juillet 2016, dernière modification le 14 octobre 2021.

Par Jean-Marie Guillon

Allemagne-en-Provence, monument aux fusillés du 16 juin 1944
Allemagne-en-Provence, monument aux fusillés du 16 juin 1944

SOURCES : Arch. dép. Alpes-de-Haute-Provence 42 W 105. ⎯ Mémoire des Hommes SHD Caen DAVCC 21 P 59513 (nc). — Jean Garcin, De l’armistice à la Libération dans les Alpes de Haute-Provence 17 juin 1940-20 août 1944, Digne, 1983.— Mémorial de la Résistance et des combats de la Seconde Guerre Mondiale dans les Basses-Alpes, Digne, Secrétariat aux Anciens Combattants–CDIHP des Alpes-de-Haute-Provence, 1992.— Raymond Moulin, « 1943-1944, l’occupation allemande et la Résistance sur le plateau de Valensole », Bulletin des Amis du Vieux Riez n° hors-série, sans date.—État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément