CHAFFANJEON Jean, écrit parfois CHAFFANGEON

Par Robert Serre

Né le 29 septembre 1913 à Izieux (Loire), fusillé par les Allemands à la Gravière, à Portes-lès-Valence (Drôme), le 14 août 1944.

Fils de Joannès Chaffanjeon, métallurgiste, et de François Marie Deux, ménagère, , Jean Chaffanjeon fut adopté par la nation le 3 juillet 1919, signe de la mort de son père pendant la Première Guerre mondiale. Il se maria le 15 juin 1919 à Saint-Chamond avec Camille Raymonde Darot, puis divorça le 13 juin 1939.

Résistant originaire de Saint-Chamond (Loire) et d’Izieux (Loire), après un séjour à la prison de Montluc (Lyon, Rhône), il a été fusillé sommairement par les Allemands à la Gravière, à Portes-lès-Valence, le 14 août 1944.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article182788, notice CHAFFANJEON Jean, écrit parfois CHAFFANGEON par Robert Serre, version mise en ligne le 23 juillet 2016, dernière modification le 12 février 2021.

Par Robert Serre

SOURCES : Archives remises à l’AERD par le fils d’André Vincent-Baume, puis déposées aux Arch. Dép. Drôme. — René Ladet, Ils ont refusé de subir, 1987, p. 341. Stèle des fusillés Portes. — Note de Chantal Morel-Janin, Secrétaire générale de l’Association des rescapés de Montluc (Arch. Dép. Loire).

Version imprimable Signaler un complément