CABRÉ FIOL Bartolomé alias James

Par Hervé Mauran

Né le 25 juillet 1914 à Figuras (Espagne), mort en action le 5 juillet 1944 à Dornas (Ardèche) ; réfugié espagnol incorporé dans une compagnie de travailleurs étrangers en Ardèche (1940-1942) ; communiste ; résistant, membre du réseau Cochet, de l’Armée secrète (AS) puis des Francs-Tireurs et Partisans Français (FTP).

Bartolomé Cabré Fiol, dit « James », arriva à Saint-Maurice-d’Ibie (canton de Villeneuve-de-Berg, Ardèche), en provenance des camps du Sud-Ouest, à l’automne 1940. Réfugié de la guerre civile d’Espagne, âgé d’environ vingt-cinq ans, il était alors membre du 160e Groupement de Travailleurs Étrangers (GTE), qui assurait le contrôle de camps de travail et de détachements de réfugiés (essentiellement espagnols) en Basse-Ardèche. Parlant couramment le français, il fut nommé interprète au sein du GTE. Sa situation privilégiée lui permit de se lier d’amitié avec les instituteurs du village, René et Georgette Montérémal. Ces derniers, qui étaient les représentants d’une gauche révolutionnaire dans un pays conservateur, remarquèrent ses opinions communistes. Bartolomé Cabré fut aussi l’ami du poète originaire de Villeneuve, Léon-Mary Estèbe avec qui il partait en promenade à cheval. Signalons par ailleurs ses liens d’amitié avec Manuel Garcia Sesma, professeur de français et poète, et Miguel Colomina, danseur professionnel.
Au cours de l’année 1941, il fit la connaissance de Juan Pujadas, réfugié qui résidait librement à Aubenas. Le premier contact s’établit par hasard à Aubenas, au café du Siècle, alors qu’il discutait en espagnol avec Ramon Mateu et Émilio Pascual, José Peiro, ouvriers espagnols incorporés dans le 160e Groupement de Travailleurs Étrangers (GTE) et détachés sur des chantiers près d’Aubenas. À l’été 1941, lorsque Juan Pujadas décida avec ses amis de constituer un noyau de dissidence composé exclusivement de républicains espagnols, il était déjà un membre du réseau Cochet.
Après avoir participé à un travail de propagande en liaison avec les mouvements Combat et Libération, Bartolomé Cabré fut l’un des agents de l’Armée Secrète au sein du GTE : il donnait des informations permettant de faire fonctionner les filières de désertion. Compromis, il dut à son tour prendre le maquis. Au mois de décembre 1943, il devint membre d’un des premiers maquis d’action de la région d’Aubenas : le maquis de la Haute-Valette (sur la commune de Lentillères et dans les environs). Au total, ils étaient trois Espagnols dans ce maquis, dont Émilio Pascual, résistant de la première heure ayant échappé à une arrestation de la Gestapo. Bartolomé Cabré participa à la plupart des missions dévolues au maquis jusqu’en mars 1944 : coups de mains, réception de parachutages et sabotages.
Bartolomé Cabré rejoignit ensuite les maquis Francs-Tireurs-et-Partisans (FTPF) du secteur de Saint-Martin-le-Supérieur pour intégrer des formations réputées plus combatives et mobiles que les maquis AS. Il fut incorporé dans la 7 102e Cie. Le 5 juillet, une colonne allemande se dirigea sur Le Cheylard où se trouvait l’état-major du Comité départemental de Libération. Envoyé à Dornas, près de Mézilhac, Bartolomé Cabré fut tué au combat à Dornas (Ardèche), quartier dit La Sogne. Le transfert de son corps à Aubenas, après la Libération, fut l’occasion d’une cérémonie solennelle dans le château. À Dornas, une plaque commémorative rend hommage à ce combattant venu d’outre-Pyrénées.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article18279, notice CABRÉ FIOL Bartolomé alias James par Hervé Mauran, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 8 mai 2021.

Par Hervé Mauran

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 99413, dossier résistant Bartholomé Cabré (nc). — AVCC Caen, AC 21 P 36459, dossier victime de guerre pour Cabré Fiol (nc). — Léon-Mary Estèbe, La Flambée des heures (roman autobiographique), La Ravoire, Éd. Gap, 1989, 148 p. — Hervé Mauran, Espagnols Rouges, un maquis de républicains espagnols en Cévennes (1939-1946), Nîmes, Éd. Lacour-Ollé, 1995. — Hervé Mauran, « Le camp espagnol de Saint-Maurice-d’Ibie », Revue des enfants et amis de Villeneuve-de-Berg, n°annuel, 1999. — Renseignements fournis par Juan Pujadas (Aubenas), René et Georgette Montérémal (Le Teil), Léon-Mary Estèbe (Villeneuve-de-Berg) et Jean-Claude Courtial. Compléments par Eric Panthou.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément