CIROU Joseph, dit le Tchèque

Par Robert Serre, Jean-Marie Guillon (à partir du travail de Robert Pinel et de Mémoire Résistance HB)

Tué le 22 février 1944 à Izon-la-Bruisse (Drôme) ; maquis Ventoux, Armée secrète (AS).

Ce maquisard est resté non identifié. Robert Pinel et l’association Mémoire Résistance HB n’ont pu préciser son origine et son parcours. Il n’est même pas sûr que ce colosse ait été tchèque en dépit de son surnom. Il s’agissait peut-être d’après eux d’un ancien des Brigades internationales évadé d’un Groupement de travailleurs étrangers (GTE). Il n’apparaît pas sur la liste établie par les responsables du maquis avant le drame du 22 février.
Cirou appartenait à la 3e section (camp Koenig) qui était installée à la ferme Jullien, aux Granges-Basses. Le maquis fut attaqué à l’aube du 22 février 1944 par un commando de chasse de la Lutwaffe et des auxiliaires français de la 8e compagnie Brandebourg. La 1e section qui était à l’école du village d’Izon et la 3e furent surprises en même temps que le poste de garde qui était en contrebas. La plupart des maquisards de la 3e section furent tués à l’extérieur de la ferme en tentant d’échapper aux assaillants. Cirou, lui, ne put sortir par l’étroite ouverture que ses camarades avaient utilisée. Il monta à l’étage et tira sur les attaquants avec son revolver. Il mourut dans la ferme.
Il est inhumé dans le cimetière militaire d’Eygalayes (Drôme).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article182831, notice CIROU Joseph, dit le Tchèque par Robert Serre, Jean-Marie Guillon (à partir du travail de Robert Pinel et de Mémoire Résistance HB), version mise en ligne le 25 juillet 2016, dernière modification le 29 septembre 2020.

Par Robert Serre, Jean-Marie Guillon (à partir du travail de Robert Pinel et de Mémoire Résistance HB)

SOURCES : Arch. Dép. Drôme, fonds d’André Vincent-Baume remis par l’AERD. — Claude Arnoux, Maquis Ventoux, quelques pages de la Résistance en Vaucluse, Avignon, Les Presses Universelles, 1974 et rééd. 1994, p. 88. — Association pour la Mémoire de la Résistance et de la Déportation dans les Hautes-Baronnies (Mémoire Résistance HB), La tragédie du maquis d’Izon-la-Bruisse, 22 février 1944, Eygalayes, 2013, p. 53-54. — Laurent Pascal, Maquis Ventoux.— Cdt Pons, De la Résistance à la Libération, rééd. 1987, p. 270. — Véranne Vitalbo, Le maquis Ventoux 1943-1944, Université d’Avignon, maîtrise Histoire, 1997, p. 44 (témoignage Mathieu Ricci). — Fiche sur MémorialGenWeb

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément