GRIMBERT-LUSKI [GRIMBERT, LUSKY-GRIMBERG, LUSKI GRIMBERG]

Réfugié polonais, colporteur d’images grivoises, célibataire, insurgé des 5 et 6 juin 1832, l’un des accusés du procès Saint-Méry (Paris).

Les témoins l’ont vu dans une bande, voire à la tête de cette bande, son prestige de Polonais s’y prêtait. Grimbert-Luski prétendit avoir été entraîné malgré lui, avoir participé à la construction de la barricade de la rue Maubuée certes mais en prêchant la modération, en dissuadant de tirer sur la garde nationale. Accusé d’avoir demandé à un nommé Delaunay son fusil « au nom du peuple », il le nia ; il préleva les fusils de Polite et de Simon père, le marchand de vin Mignon dut lui donner sept tonneaux pour la barricade. Il fut acquitté.
Le 23 janvier 1833 il comparut encore, la commission des arrêts de mise en accusation ayant invoqué des faits nouveaux. Le témoin Delaunay se présenta mais Grimbert le récusa. Il reprit son argumentation d’octobre. Des témoins témoignant en sa faveur il fut acquitté une nouvelle fois.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article182858, notice GRIMBERT-LUSKI [GRIMBERT, LUSKY-GRIMBERG, LUSKI GRIMBERG], version mise en ligne le 27 juillet 2016, dernière modification le 27 juillet 2016.

SOURCES : Journal des débats politiques et littéraires, 24 octobre 1832 (« j’attends oune femme de ma pays »), 25, 27 octobre 1832, 1er novembre 1832. – Gazette des Tribunaux, jeudi 24 janvier 1833, p. [4] (288), 2e col.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément