COMPAIN Jean, Paul, Robert [pseudonyme dans la Résistance : COLLARD Jules ]

Par Robert Serre, Jean-Marie Guillon (à partir du travail de Robert Pinel et de Mémoire Résistance HB)

Né le 3 juillet 1921 à Montrouge (Seine/Hauts-de-Seine), tué le 22 février 1944 à Eygalayes (Drôme) ; clerc d’avoué ; maquis Ventoux, Armée secrète (AS).

Originaire de Cholet (Maine-et-Loire) où résidait sa famille, il était le fils de Robert Compain, directeur de l’Établissement de Cholet de la Caisse de Dépôt et Consignation, et de Madeleine Mayer, sans profession. Célibataire, réfractaire au STO (Service du travail obligatoire), Jean-Paul Compain quitte le domicile familial dans l’été ou l’automne 1943 et aboutit, on ne sait par quel cheminement, au maquis Ventoux. Sur la liste des maquisards que les responsables avaient dressée avant la tragédie du 22 février, il apparaît sous la fausse identité de Jules Collard avec sa famille comme correspondant, 6 boulevard Hérault, Cholet. Aucun parrain n’est mentionné. Il était sergent fourrier à la 2e section du maquis, qui stationnait ferme la Forestière sur la commune d’Izon-la-Bruisse (Drôme). S’étant légèrement blessé le 21 février 1944 lors d’une manipulation d’arme, il rejoignit l’école d’Izon où se trouvait la 1e section et le médecin du maquis, le Dr Pollack*. Il y passa la nuit. Le maquis fut attaqué à l’aube du 22 février 1944 par un commando de chasse de la Lutwaffe et des auxiliaires français de la 8e compagnie Brandebourg. Les maquisards de la 1e section surpris dans leur sommeil furent conduits non loin à la ferme Monteau, sur le territoire d’Eygalayes, et exécutés quatre par quatre au lieu-dit Malchampet. La 2e section d’où il venait fut la seule à échapper à l’encerclement. Son corps fut exhumé le 28 juillet 1951 pour être transporté à Cholet. Il repose aujourd’hui dans le caveau familial à Malicorne (Sarthe).
Le titre de « Mort pour la France » lui a été attribué.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article182868, notice COMPAIN Jean, Paul, Robert [pseudonyme dans la Résistance : COLLARD Jules ] par Robert Serre, Jean-Marie Guillon (à partir du travail de Robert Pinel et de Mémoire Résistance HB), version mise en ligne le 27 juillet 2016, dernière modification le 26 décembre 2020.

Par Robert Serre, Jean-Marie Guillon (à partir du travail de Robert Pinel et de Mémoire Résistance HB)

SOURCES : Arch. dép. Drôme, fonds de l’AERD (dossier remis par le fils d’André Vincent-Baume). — site internet Mémoire des hommes AC 21 P 47972. — Claude Arnoux, Maquis Ventoux, quelques pages de la Résistance en Vaucluse, Avignon, Les Presses Universelles, 1974 et rééd. 1994, p. 88. — Association pour la Mémoire de la Résistance et de la Déportation dans les Hautes-Baronnies (Mémoire Résistance HB), La tragédie du maquis d’Izon-la-Bruisse, 22 février 1944, Eygalayes, 2013, p. 56-58. — Laurent Pascal, Maquis Ventoux, op. cit.— Joseph La Picirella, Témoignages sur le Vercors, 14e édition, 1991. 88. — Cdt Pons, De la Résistance à la Libération, rééd. 1987 270.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément