TOUCHEBEUF Thérèse [épouse DUCOS]

Par Eric Belouet, Annie Pennetier

Née le 6 juin 1927 à Brassac-les-Mines (Puy-de-Dôme), morte le 6 avril 2020 à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis) ; permanente JOCF ; syndicaliste CFTC puis CFDT.

Thérèse Touchebeuf, petite-fille de mineurs du bassin minier d’Auvergne, après une formation de sténo-dactylo, travailla au ministère des Anciens combattants de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Elle fut ensuite embauchée comme secrétaire à la direction du puits de mines de Groménil puis de la Combelle à Brassac-les-Mines. Elle était syndiquée à la CFTC.
Elle menait des activités de scoutisme et dans des colonies de vacances.
Membre de la Jeunesse ouvrière chrétienne féminine (JOCF),Thérèse Touchebeuf devint permanente du mouvement le 19 octobre 1954. Elle contribua au développement de ce mouvement dans le bassin minier d’Auvergne et la vallée de l’Allier. Ses responsabilités s’inscrivaient auprès des employées de maison et des apprenties salariées. Elle rejoignit l’équipe JOCF du Centre (siège Vierzon), effectuant des grandes tournées en vélo, en journée comme en soirée. Elle fut ensuite chargée de l’équipe Sud-ouest à Toulouse, avant de rejoindre le secrétariat général avec la fonction de trésorière. Elle suivait la branche ainée du mouvement et la préparation du rassemblement international de 1957 à Rome.
Elle se maria en avril 1958 à Brassac-les-Mines (Puy-de-Dôme) avec Yvan Ducos, lui-même ancien permanent JOC et futur dirigeant de la CFDT. Trois enfants naquirent de cette union (deux garçons en 1959 et 1964, une fille en 1962).
Le couple s’installa à Clichy-la-Garenne (Seine, Hauts-de-Seine). En 1959, la famille déménagea aux Mureaux (Seine-et-Oise, Yvelines), ville populaire en développement de 30000 habitants . Professionnellement, elle fut alors secrétaire du Centre social Les vignes-blanches. Elle créa une section de la Confédération syndicale des familles pour la défense des locataires et des familles, ce qui la conduisit à être candidate au conseil des résidents.
Très active pendant le mouvement de Mai-68, Thérèse Ducos organisa le soutien aux ouvriers de la Régie Renault de Flins : visites de l’usine occupée pour les membres des familles, organisation de la vie culturelle. Dans le même temps, elle se préoccupa de l’approvisionnement des populations en passant un accord avec le directeur du supermarché Suma, pour réguler les achats. Des ventes directes de légumes, fruits et volailles furent organisées avec les agriculteurs deux fois par semaine.
Elle reprit ensuite l’activité professionnelle de secrétaire administrative à la Fédération Santé de la CFDT, à Sarcelles (Val-d’Oise) en 1968.
Après sa cessation d’activité professionnelle, elle s’occupa activement des jardins familiaux des Prés-sous-la-Ville qui comptaient 74 parcelles. Elle en fit un outil pédagogique pour les écoles primaires attribuant même une parcelle à une classe d’enseignement spécialisé.
En 1989, elle devint responsable de l’Union locale des retraités CFDT de Sarcelles et environs qui développa une activité de prévention de santé et de bien-être. Elle siégeait au CCAS Centre communal d’action social de Sarcelles.
En 1992, elle intégra le bureau de l’Union territoriale des retraités du Val-d’Oise et poursuivit son action syndicale jusqu’en 2018.
Thérèse Ducos mourut le 6 avril 2020 de la Covid-19 dans une maison de retraite Korian à Livry-Gargan. Elle laissa un fort souvenir aux militants qui avaient oeuvré avec elle, ses proches parlent d’une humaniste à l’esprit vif, engagée, exigeante, altruiste, attentionnée et souriante, prise parfois de fou-rire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article182912, notice TOUCHEBEUF Thérèse [épouse DUCOS] par Eric Belouet, Annie Pennetier, version mise en ligne le 31 juillet 2016, dernière modification le 10 février 2021.

Par Eric Belouet, Annie Pennetier

SOURCES : Arch. JOCF (SG), fichier des anciennes permanentes. — Renseignements communiqués par Monique Boucault-Bodin. — Renseignements communiqués par Nicole Ducos, sa belle-soeur et son mari Yvan Ducos (2020).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément