CACHEUX Denise [née HABIGAND Denise, Jeanne, Henriette]

Née le 18 mars 1932 à Nancy (Meurthe-et-Moselle) ; assistante sociale ; membre du club Citoyen 60 et de la Convention des Institutions républicaines, puis militante et élue socialiste du Nord, membre du comité directeur du PS (1975-1979) ; conseillère municipale de Lille, puis adjointe au maire (1971-1983), conseillère municipale de Cambrai (1983-1988) ; députée (1981-1986, 1987-1993).

[Assemblée nationale]

Fille d’ouvrier (son père était dessinateur-projeteur à la SNCF), aînée d’une famille de six enfants, boursière, Denise Cacheux suivit les cours du lycée Jeanne-d’Arc de Nancy, puis de celui de Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), enfin de l’école départementale d’infirmières et d’assistantes sociales de Rouen. Elle obtint un diplôme d’État d’infirmière et un autre d’assistante sociale. Elle exerça comme assistante sociale de 1954 à 1961, puis comme professeur d’enseignement social de 1961 à 1977. Elle se maria le 8 octobre 1955 avec Pierre Cacheux, d’origine nordiste, avec lequel elle milita aux Équipes Notre-Dame.

Issue de milieux catholiques, Denise Cacheux pratiqua le scoutisme, milita à l’Action catholique étudiante puis spécialisée et appartint aux « Amis de Témoignage Chrétien ». Ce n’est que progressivement qu’elle rejoignit la gauche, en passant par le militantisme dans les clubs. Elle fut membre fondateur du club Citoyen 60 en Normandie. En 1965, elle s’installa à Lille et adhéra à la Convention des institutions républicaines (CIR) dont elle fut responsable départementale. Elle fut longtemps réticente au rapprochement avec la SFIO, puis avec le Parti socialiste (PS). Elle militait aussi au Planning familial.

Adhérente du PS lors du congrès d’Épinay, convaincue d’y participer par la venue à Lille de Claude Estier*, elle fut élue conseillère municipale de Lille en 1971 sur la liste d’Augustin Laurent*, puis adjointe au maire, chargée de l’animation, élue sur la liste Mauroy à partir de 1977 ; elle siégea aussi à la communauté urbaine de Lille de 1971 à 1978 et fut conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais à partir de 1979.

Membre de la commission de contrôle du PS en juin 1973, elle fut déléguée nationale à l’Action féminine en 1975-1977. Elle entra ensuite au comité directeur du PS en février 1975, réélue le 19 juin 1977, puis fut vice-présidente et membre du praesidium du comité directeur de 1979 à 1981. En 1981, elle redevint déléguée nationale du PS à la lutte des femmes et fut déléguée du parti à la famille jusqu’en octobre 1986, puis de nouveau de mai 1987 à novembre 1988.

Denise Cacheux figura en 48e position sur la liste PS-MRG aux élections européennes en 1979 et fut candidate sans succès à une élection cantonale partielle à Lille-Centre en 1980.

En 1981, Pierre Mauroy l’envoya militer dans la région de Cambrai, au côté d’un de ses poulains, Jean Le Garrec. Elle fut sa suppléante dans la 16e circonscription et, après la victoire de la gauche, lorsque celui-ci entra au gouvernement Mauroy, elle devint députée le 24 juillet 1981. Elle fut vice-présidente du groupe socialiste en 1982-1986 et questeur de l’Assemblée nationale de janvier à mars 1986 (la première femme de l’histoire à être nommée questeur). Non réélue en mars 1986 (elle figurait en 10e position sur la liste PS du Nord), elle fut réélue député en remplacement d’Arthur Notebart, démissionnaire, le 15 mai 1987. Cherchant à parfaire son implantation locale, elle fut conseillère municipale de Cambrai de 1983 à 1988.

En 1988, elle fut envoyée dans la 5e circonscription (Haubourdin et Seclin), cette fois comme titulaire. Cette circonscription venait d’être créée à la suite d’un nouveau découpage organisé par Charles Pasqua et elle bénéficia du fait que le PS souhaitait réserver des circonscriptions à des femmes, aux dépens de Bernard Davoine, maire de Wavrin. Elle fut élue le 12 juin 1988 et désignée vice-présidente du groupe socialiste. Elle siégea à la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République. Elle présida la délégation parlementaire pour les problèmes démographiques et participa aux commissions d’enquête sur la mafia et le SIDA. Elle était par ailleurs déléguée nationale de la FNESER à la famille et à l’enfance.

En mars 1992, Denise Cacheux fut candidate à sa réélection au conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, mais 29e sur la liste PS, elle ne fut pas reconduite. Enfin, en 1992 elle ne fut pas reconduite par les militants comme candidate à la députation, au profit de Bernard Davoine, la puissante section de Wavrin ayant voté pour lui. Cette mise à l’écart fut médiatisée et Denise Cacheux fut nommée à la tête de l’Institut de l’enfance et de la famille. Aussi démissionna-t-elle de son mandat parlementaire peu avant l’expiration de celui-ci.

Elle fut par ailleurs secrétaire de la fédération socialiste du Nord en 1992-1993.

Dans un Parti socialiste et une région toujours marqués par la tradition laïque et par la continuité avec la SFIO, Denise Cacheux, d’origine chrétienne et dotée d’un langage direct, se fit remarquer. Son physique robuste et son franc-parler en faisaient une figure symbolique, l’incarnation du peuple du Nord pour beaucoup, une femme qui se différenciait de ses camarades assimilés aux notables. Aussi, ses propos à l’emporte-pièce furent-ils souvent repris par la presse qui aimait cette figure populaire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article18294, notice CACHEUX Denise [née HABIGAND Denise, Jeanne, Henriette], version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 11 mars 2016.
[Assemblée nationale]

SOURCES : Arch. Nat., CAC 19820605, art. 1, dossier Pierre Bérégovoy. — Dioudonnat-Bragadir, Dictionnaire des 10 000 dirigeants politiques français, Sedopols, 1977. — Le Trombinoscope du gouvernement et du Parlement, 1998. — Le Trombinoscope des régions, départements et DOM-TOM, La Gazette du Parlement, t. 2, 1991. — Libération, 26 octobre 1992. — Thierry Pfister, Les Socialistes, Albin Michel, 1977. — La Marche de l’Histoire de Jean Lebrun, Une socialiste rieuse, 5 juin 2015.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément