FRACHON Gaston, Maxime

Par Jean-Luc Marquer, Robert Serre

Né le 8 juin 1914 à Anneyron (Drôme), sommairement exécuté le 8 juin 1944 à Chanas (Isère) ; cultivateur ; résistant de l’Armée secrète, homologué Forces françaises de l’Intérieur avec le rang de caporal-chef

Gaston, Maxime Frachon était le fils de Maxime, Jean, Joseph et d’ Alphonsine, Léontine Grenier.
Célibataire, il était cultivateur à Anneyron (Drôme).
Il s’engagea dans la Résistance et fit partie du Groupe-Franc dirigé par Maurice Gervais qui effectua des sabotages sur les pylônes à haute tension et sur les voies ferrées Saint-Rambert-Rives et Paris-Marseille, puis il rejoignit la 2ème compagnie du 1er Bataillon de l’AS-Drôme Nord (compagnie Monot) avec le grade de sergent.
Le 8 juin 1944, parallèlement à l’attaque de la gare de Saint-Rambert-d-Albon (Drôme), le groupe dont faisait partie Gaston Frachon fut chargé d’attaquer le garage Rolland situé à Chanas (Isère) au lieu-dit "Le grand chemin".
Ce garage, qui avait été réquisitionné par les Allemands, fut attaqué vers 4h20. Le combat dura jusque vers 8 heures.
Les Allemands réagirent instantanément, tuèrent Paul Baron, capturèrent Gaston Frachon qui eut la cuisse brisée et André Mayres qui fut blessé au genou.
Quelques temps après, Gaston Frachon fut embarqué dans un camion.
André Mayres mourut vers 13 heures.
Gaston Frachon ne fut ramené au garage Rolland qu’en fin de journée avec un habitant de Saint-Rambert-d’Albon, Justin Chevrot.
Dès qu’il fut descendu du camion, il fut sommairement exécuté à coups de revolver par des Allemands en civil, puis vint le tour de Justin Chevrot.
Le médecin qui effectua l’autopsie confirma la nature non létale de sa blessure à la cuisse.
Gaston Frachon obtint la mention "Mort pour la France" et fut homologué membre des Forces françaises de l’Intérieur avec le rang de caporal-chef.
Son nom nom figure sur les deux monuments aux morts d’Anneyron, rue centrale et au cimetière, et sur le Monument départemental à la Résistance à Saulce-sur-Rhône (Drôme)


Voir : Chanas

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article183136, notice FRACHON Gaston, Maxime par Jean-Luc Marquer, Robert Serre, version mise en ligne le 7 août 2016, dernière modification le 2 mai 2021.

Par Jean-Luc Marquer, Robert Serre

SOURCES : Arch ; dép ; Rhône, Mémorial de l’oppression : 3808 W 446 — SHD Vincennes, GR 19 P 26/3 ; GR 16 P 232199 (à consulter) — AVCC Caen : AC 21 P 186831 (à consulter) —
Patrick Martin, La Résistance dans le département de la Drôme, 1940-1944, thèse Université Paris IV Sorbonne, 2001, base de données noms. Fédération des Unités combattantes de la Résistance et des FFI de la Drôme, Pour l’amour de la France, Peuple Libre, Valence, 1989, p. 245-246. "Drôme Nord, terre …", p. 171. — Joseph La Picirella, Témoignages sur le Vercors, 14e édition, 1991, p. 142. Archives remises à l’AERD par le fils d’André Vincent-Baume, puis déposées aux Arch. Dép. Drôme. — Cdt Pons, De la Résistance à la Libération, rééd. 1987, p. 277. — Geneanet — Mémorial GenWeb — État civil

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément