Civray (Vienne) et environs, 28 août 1944.

Par Dominique Tantin, Michel Thébault

Les combats opposant la Résistance, épaulée par des parachutistes alliés, aux troupes allemandes en retraite et les représailles de ces dernières sur la population provoquèrent le 28 août 1944 de nombreuses victimes (au moins 25) parmi les résistants et les civils de Civray, Saint-Gaudent, Saint-Pierre d’Exideuil (Vienne) et Taizé-Aizie (Charente).

En août 1944, la situation militaire de l’armée allemande sur le front de l’ouest se dégrada brutalement. Le 19 août un ordre de repli général fut donné aux unités allemandes stationnées dans le sud-ouest. Le passage par le seuil du Poitou devint un enjeu stratégique essentiel. Le secteur de Civray à proximité des grandes voies de communication nord-sud, RN 10 et voie ferrée Bordeaux-Poitiers-Paris vit à la fin du mois d’août l’action des maquis se développer : sabotages des ponts sur la Charente, sabotages des voies ferrées et embuscades. Le 26 août 1944, le maquis AS D/2 Bayard attaqua un convoi allemand venant de Ruffec non loin du carrefour de Comboseize à Civray. Quatorze soldats allemands furent tués, d’autres blessés ou faits prisonniers, un important matériel détruit ou emporté par les résistants qui n’eurent à déplorer aucune perte. Pendant ce temps, un autre détachement du même maquis mitrailla à Saint-Saviol un convoi transféré de la ligne de chemin de fer Bordeaux-Paris, sabotée et impraticable (suite aux mitraillages de l’aviation alliée), sur la route vers Poitiers. Un FFI fut tué, le lorrain Marcel Gebel le 26 août 1944 à St Pierre d’Exideuil. Très fortement harcelées par l’aviation alliée et les maquisards sur les voies de communications principales, les troupes allemandes tentèrent de gagner Poitiers en empruntant de nombreuses petites routes, notamment celle reliant Ruffec à Civray et traversant Taizé-Aizie puis, par le pont de l’Isle, la Charente qui délimite les deux départements. Des résistants placés sous les ordres du capitaine Rogez (Organisation de Résistance de l’Armée, ORA de Charente) détruisirent donc partiellement le pont le 26 ou le 27 août, et organisèrent une embuscade à cet endroit.
Le 28, vers 5 heures 30 du matin, un important convoi allemand d’environ 600 hommes (l’un des derniers convois de la colonne Elster) se trouva bloqué devant le pont de Taizé-Aizie. Les maquisards (maquis AS D3 Renard) postés sur les coteaux dominant la vallée ouvrirent le feu. Les Allemands ripostèrent avec un armement très supérieur et les résistants durent se replier sur le bourg de Lizant. Les Allemands firent sortir alors les habitants du hameau et jetèrent des grenades incendiaires dans les maisons. Deux civils furent massacrés. Ayant réussi, malgré le sabotage partiel, à franchir la Charente, le convoi se dirigea vers Civray et fut à nouveau attaqué par plusieurs maquis locaux, en particulier par les maquis D2-Bayard et Jalladeau au carrefour de Comboseize sur la commune de Saint-Pierre-d’Exideuil (Vienne). Débordés par la puissance de feu allemande, les maquisards, malgré les renforts d’autres maquis locaux, durent se replier après avoir subi des pertes (au moins 8 résistants tués au combat ou pendant le repli). La colonne allemande entra alors dans Civray et les villages voisins y perpétrant des exactions contre les civils, tirant dans toutes les directions en pénétrant dans la ville. Huit jeunes hommes pris en otages furent cependant libérés le soir même sur intervention du maire. Le convoi allemand qui avait progressé de moins de 10 kilomètres dans la journée, établit son cantonnement pour la nuit à Civray et Saint-Pierre-d’Exideuil, massacrant encore dans ce dernier village deux civils le soir à 22 heures. Il reprit sa route le lendemain matin vers Poitiers. Ce fut le dernier passage des troupes d’occupation à Civray.

Liste des victimes du 28 août :

Résistants :

CORDEAU Jean
FLAME Maurice
FONTANILLE Antoine
GUYOT Daniel
MACHET Louis
ROUSSEAU André
SUANT Paul
TARRADE Robert.

Civils :

- Civray :
BERGOIGNAT Lionel
BIROT Henri
DUPUIS Lucien
FOIN René
GILLARD Jacques
LAUNAY André
WELTER Émile
- Saint-Gaudent :
BENARD Germain
MACHET Pierre
PIGNOUX Ernest
- Saint-Pierre-d’Exideuil :
BROUILLET Pierre
CORMIER Delphin
DINET Victor
ROUSSEAU Jean
- Taizé-Aizie :
FAIRON Maurice
JOLLIT Charles,

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article183239, notice Civray (Vienne) et environs, 28 août 1944. par Dominique Tantin, Michel Thébault, version mise en ligne le 10 août 2016, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Dominique Tantin, Michel Thébault

SOURCES : Site internet VRID (Vienne, Résistance, Internement, Déportation), articles de Jacques Rigaud et Christian Richard — Brochure ONAC Les chemins de la Liberté autour de Civray 2012 — La Nouvelle République Les combats du 28 août à Comboseize 30 2019 — Mémoire des Hommes — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément