CHARLUT André, Claude

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 20 juin 1908 à Villecomte (Côte-d’Or), abattu au cours d’une tentative d’évasion le 23 juin 1944 à Noroy-le-Bourg (Haute-Saône) ; manoeuvre : résistant FFI.

André Charlut était le fils de Claude Étienne, âgé de 41 ans et de Marie Joséphine Couche, âgée de 34 ans, cultivateurs.

Divorcé en premières noces et père de trois enfants, il était marié à Marthe Vallauchon. Il exerçait la profession de manœuvre.

Engagé dans la Résistance, il devint sous-lieutenant FFI au B.O.A (Bureau des opérations aériennes Bourgogne Nord commandé par le lieutenant Alain Grivelet. Il constitua à Villecomte, au lieu-dit en Charmoy, près du bois de Touloison, un petit maquis de quelques hommes dépendant du maquis Surcouf, installé à la ferme de Mortière à Chaignay (Côte-d’Or), qui était chargé d’intercepter les parachutages.

Il fut arrêté le 10 mars 1944, probablement suite à une dénonciation et interné à la prison de Dijon. Il fut emmené en déportation le 23 juin et en sautant du train pour s’évader, il fut abattu par une sentinelle allemande à Noroy-le-Bourg (Haute-Saône).

André Charlut fut déclaré "Mort pour la France", mention portée sur son acte de décès le 23 septembre 1945.

La Légion d’Honneur, la Croix de guerre et la médaille de la Résistance lui furent attribuées à titre posthume, par décret du 7 novembre 1958 publié au JO le 3 décembre 1958.

Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Villecomte (Côte-d’Or).

Il est inhumé :au cimetière communal de Noroy-le-Bourg.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article183332, notice CHARLUT André, Claude par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 12 août 2016, dernière modification le 22 novembre 2018.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Gilles Hennequin : Résistance en Côte-d’Or Tome IV, page 246, Dijon, 1997. — Dossier Légion d’honneur. — Mémorial GenWeb. — État civil.

Version imprimable Signaler un complément