MURAY Joseph, Marceau [Pseudonyme dans la Résistance : Gaby]

Par Jean-Luc Marquer, Dominique Tantin

Né le 3 mars 1911 à Vienne (Isère), exécuté sommairement le 30 mai 1944 à Communay (Isère, Rhône depuis 1967) ; mécanicien-débourreur (ouvrier du textile) ; résistant homologué Forces françaises combattantes, réseau Action R1, et Armée secrète, homologué Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant

Joseph MURAY
Joseph MURAY
Source : Collection Médiathèque Le Trente, Vienne ; Vienne Libre n°11, 11 novembre 1944

Joseph Muray était le fils d’Antoine et de Julie Besson.
Il épousa Marie, Louise Ripamonty. Ils eurent trois enfants.
La famille habitait 19 route de Chasse (aujourd’hui, rue de la Convention) à Vienne Estressin (Isère).
Joseph Muray et son épouse travaillaient tous les deux pour l’entreprise textile Pascal-Valluy à Vienne.
Joseph Muray était mécanicien-débourreur et sa femme était cardeuse.
Il fut délégué syndical C.G.T..
Il organisa très tôt un groupe de résistants dans son quartier et était en relations aussi bien avec les F.T.P.F et le parti communiste clandestin, qu’avec les Groupes Francs et leurs dirigeants relevant du Secteur 6 (Vienne) de l’AS-Rhône.
Le dossier d’homologation de ce secteur comme unité F.F.I. le rattache aux M.U.R. (Mouvements unis de la Résistance).
Il organisa et exécuta de nombreux sabotages sur les installations électriques, les moyens de communication et les installations ferroviaires.
Le 25 mai 1944, une rafle eut lieu à Vienne et la Gestapo accompagnée de miliciens arrêta de nombreux membres de la Résistance.
Ce jour-là, vers 15h30, Joseph Muray fut arrêté à son domicile devant ses enfants par une équipe de la Gestapo lyonnaise conduite par un collaborateur français originaire de Vienne.
Conduit dans un premier temps à la caserne Rambaud, il fut transféré dans la soirée à Lyon avec les autres personnes arrêtées à Vienne ce jour-là.
Il se trouvait dans les caves de l’École de Santé Militaire, avenue Berthelot, siège de la Gestapo lyonnaise, au moment du bombardement allié du 26 mai 1944 qui détruisit le bâtiment.
Il fut torturé et était à peine reconnaissable quand il fut ramené à Vienne le 30 mai 1944 et conduit chez Jean Tardy, qui avait échappé à son arrestation le 25 mai.
Le même jour vers 20 heures, Joseph Muray et Jean Tardy furent tous deux exécutés à Communay (Isère, Rhône depuis 1967).
La police allemande informa la gendarmerie de Saint-Symphorien-d’Ozon (Isère, aujourd’hui Rhône) qu’elle avait exécuté deux hommes à Communay.
Jean Tardy, qui avait conservé ses papiers, fut immédiatement identifié.
Un appel téléphonique à la brigade de gendarmerie de Vienne Estressin permit d’identifier rapidement la seconde victime comme étant Joseph Muray.
Le certificat médical établi le soir même indique que "la mort est due à des balles d’armes à feu tirées à bout portant (région cœur et abdomen)".
Joseph Muray fut inhumé le 3 juin 1944 à Vienne.
Il obtint la mention "Mort pour la France" et fut homologué membre des Forces françaises combattantes, réseau Action R1, membre des Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant.
Il fut décoré de la Médaille de la Résistance et élevé au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur à titre posthume.
Son nom est gravé sur le monument édifié à l’emplacement du massacre du 9 juin 1944 et sur le monument commémoratif des usines Vaganay place Muray-Tardy à Vienne, place qui porte son nom et celui de Jean Tardy.


Voir : Vienne

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article183435, notice MURAY Joseph, Marceau [Pseudonyme dans la Résistance : Gaby] par Jean-Luc Marquer, Dominique Tantin, version mise en ligne le 14 août 2016, dernière modification le 2 mai 2021.

Par Jean-Luc Marquer, Dominique Tantin

Joseph MURAY
Joseph MURAY
Source : Collection Médiathèque Le Trente, Vienne ; Vienne Libre n°11, 11 novembre 1944

SOURCES : Arch. dép. Rhône, Mémorial de l’oppression : 3808W 659 — SHD Vincennes, GR 19 P 69/17 ; GR 16 P 437866 (à consulter) — AVCC Caen AC 21 P 603500 (à consulter) — Jean-Daniel Berger, Comme un essaim de guêpes... Résistance et guérilla en R1, secteur VI Rhône-Isère, tome 1, Juin 1940-juin 1944, tome 2, Juin-septembre 1944, Impressions Modernes (Guilherand-Granges) ; 2001 — Mémorial GenWeb — Mémoire des hommes — État civil

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément