LIEB Michel, Émile

Par Robert Serre, Philippe Wilmouth

Né le 3 août 1921 Metz (Moselle), fusillé entre le 1er et le 3 août 1944 à Saint-Nazaire-en-Royans (Drôme) ; limonadier ; résistant FFI.

Limonadier, il se réfugia dans la Drôme et intégra la résistance à Romans. Arrêté par la Milice le 31 juillet 1944, il fut condamné par une cour martiale allemande au PC du général Pfaum à Saint-Nazaire-sur-Royans ; celle-ci condamna 46 personnes entre le 27 juillet et le 11 août 1944. Selon un rapport du 2 octobre 1944 de L. Perrout, président du Comité de libération, « les hommes étaient fusillés par groupes de trois ou quatre –dans la cour du château -. On les amenait au bord de la fosse et ils étaient mitraillés de façon qu’ils tombent dans leur tombe. Les corps restaient exposés au soleil et les groupes de condamnés qui venaient à la suite avaient la vision cruelle de leurs camarades massacrés. »
Son nom figure sur le Mémorial de Saint-Nazaire-en-Royans érigé contre le mur du parc du château et sur le monument dit "Mur des Fusillés" .

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article183458, notice LIEB Michel, Émile par Robert Serre, Philippe Wilmouth, version mise en ligne le 14 août 2016, dernière modification le 8 mai 2022.

Par Robert Serre, Philippe Wilmouth

SOURCES : SHD-AVCC Caen, dossier statut. — AD Moselle 69J11-21, fonds Neigert. — Archives remises à l’AERD par le fils d’André Vincent-Baume, puis déposées aux Arch. Dép. Drôme. — Cdt Pons, De la Résistance à la Libération, rééd. 1987, p. 276. — Joseph La Picirella, Témoignages sur le Vercors, 14e édition, 1991, p. 347. — Plaque com. Romans. — Site. —

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément