TARDY Jean, Antoine

Par Jean-Luc Marquer, Dominique Tantin

Né le 9 novembre 1900 à Hauterives (Drôme), exécuté sommairement le 30 mai 1944 à Communay (Isère, Rhône depuis 1967) ; chauffeur ; résistant de l’Armée secrète, homologué Forces françaises de l’Intérieur

Jean TARDY
Jean TARDY
Source : Collection Médiathèque Le Trente, Vienne ; Vienne Libre n°11, 11 novembre 1944

Jean, Antoine Tardy était le fils de Jean, François et de Louise Margaron.
Du 13 mars 1920 au 2 mars 1922, il fit son service militaire dans différents régiments d’infanterie et passa la plus grande partie de l’année 1921 dans l’armée d’Orient au 66ème RI qui stationnait à Istanbul (Turquie).
Il épousa Jeanne, Andrée David. Ils eurent deux enfants Joseph et et Henriette.
La famille habitait 19 avenue de Chasse à Vienne Estressin (Isère).
Jean Tardy travaillait comme chauffeur aux usines Vaganay à Vienne.
Il entra dans la Résistance. IL appartenanit au secteur 6 (Vienne) de l’AS-Rhône.
Le 25 mai 1944, une rafle eut lieu à Vienne et la Gestapo accompagnée de miliciens arrêta de nombreux membres de la Résistance. En lieu et place de Jean Tardy qui réussit à s’échapper, les membres de la Gestapo arrêtèrent Jeanne Tardy, sa femme, qui fut incarcérée à la prison de Montluc à Lyon (Rhône) puis déportée en Allemagne où elle mourut.
Le 30 mai 1944, Jean Tardy se trouvait dans son jardin et arrachait des pommes de terre quand arriva Joseph Muray, qui avait été arrêté le 25 mai 1944, suivi par quatre hommes armés de mitraillettes.
On demanda à Jean Tardy s’il savait où se trouvait son fils Joseph Tardy.
Celui-ci répondit qu’il avait quitté la maison sans le prévenir et qu’il ignorait où il se trouvait.
Les individus dont on ne sait s’ils étaient membres français ou allemands parlant français de la Gestapo fouillèrent alors la cabane de jardin et y trouvèrent ou le prétendirent un petit paquet blanc.
Jean Tardy fut alors roué de coups et la cabane fut incendiée.
Puis il fut emmené en voiture avec Joseph Muray.
Jean Tardy et Joseph Muray furent sommairement exécuté le soir du 30 mai 1944 à Communay (Isère, Rhône depuis 1967).
Jean Tardy obtint la mention "Mort pour la France" et fut homologué membre des Forces françaises de l’Intérieur.
Son nom est gravé sur le monument édifié à l’emplacement du massacre du 9 juin 1944 et sur le monument commémoratif des usines Vaganay place Muray-Tardy à Vienne, place qui porte son nom et celui de Joseph Muray.


Voir : Vienne

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article183464, notice TARDY Jean, Antoine par Jean-Luc Marquer, Dominique Tantin, version mise en ligne le 14 août 2016, dernière modification le 2 mai 2021.

Par Jean-Luc Marquer, Dominique Tantin

Jean TARDY
Jean TARDY
Source : Collection Médiathèque Le Trente, Vienne ; Vienne Libre n°11, 11 novembre 1944

SOURCE : SHD Vincennes, GR 19 P 69/17 ; GR 16 P 562233 (à consulter) — Arch. dép. Rhône, Mémorial de l’oppression : 3808 W 659 — Mémorial GenWeb — État civil

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément