MAYET Maxime, Marcel (« sergent Max »)

Par Jean-Louis Ponnavoy, Robert Serre

Né le 14 avril 1909 à Romans (aujourd’hui Romans-sur-Isère (Drôme), mort en action ou exécuté le 29 juillet 1944 à Malleval (aujourd’hui Malleval-en-Vercors, Isère) ; ouvrier en chaussures ; résistant de l’Armée secrète, homologué Forces françaises de l’intérieur et interné résistant (D.I.R.)

Maxime Mayet
Maxime Mayet

Âgé de 35 ans, Maxime Mayet était le fils d’Irénée Maxime et de Suzanne Alexandrine Eyraud. Il se maria le 22 août 1931 à Romans-sur-Isère, avec Marie Rose Victoria Baroni. Il était domicilié à Romans-sur-Isère où il exerçait le métier d’ouvrier en chaussures. Il entra dans la Résistance à l’A.S. Vercors Isère, compagnie Abel avec le pseudonyme "Sergent Max".
Maxime Mayet fut tué au cours d’une embuscade montée par l’armée allemande le 29 juillet 1944 au lieu-dit "Montée des Belles", à Malleval (Isère).
Selon le Musée de la Résistance, il a été fusillé à Malleval-en-Vercors (Isère) le 29 juillet 1944.
Il est inhumé dans le caveau familial de la famille Baroni au cimetière municipal, à Romans-sur-Isère (Drôme).
Il obtint la mention « Mort pour la France » portée sur l’acte de naissance et fut homologué au grade de sergent des Forces françaises de l’intérieur (FFI) et "Déporté et interné résistant" (DIR), [SHD Vincennes dossier GR 16 P 406740].
Il obtint la Médaille de la Résistance à titre posthume (JO du 7 janvier 1960).
Son nom figure sur la plaque commémorative de l’hôtel de ville, à Romans-sur-Isère (Drôme) et sur le monument aux morts 1939-1945, à Malleval-en-Vercors (Isère).


Voir : Malleval

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article183518, notice MAYET Maxime, Marcel (« sergent Max ») par Jean-Louis Ponnavoy, Robert Serre, version mise en ligne le 15 août 2016, dernière modification le 28 avril 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy, Robert Serre

Maxime Mayet
Maxime Mayet

SOURCES : SHD Vincennes, GR 19 P 38/16 — AVCC Caen, AC 21 P 98589 et AC 21 P 594993 (à consulter) — Arch. Dép. Drôme, 1920 W. — Archives remises à l’AERD par le fils d’André Vincent-Baume, puis déposées aux Arch. Dép. Drôme. — Cdt Pons, De la Résistance à la Libération, rééd. 1987, p. 281.— Musée de la Résistance en ligne 1940-1945 Données extraites du CD(DVD)-ROM : La Résistance dans la Drôme - le Vercors (2007) et L’anéantissement des camps du maquis de Malleval, 29 janvier 1944.— Sites internet et articles commémoratifs.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément