DEKHROUNI Hagop

Par Astrig Atamian

Né le 7 février 1910 à Sis en Cilicie, Arménien originaire de l’Empire ottoman, déporté pendant la Première Guerre mondiale, au Parti communiste français en 1931 à Marseille, établi en Arménie soviétique en 1936.

Fils d’un instituteur socialiste, Hagop Dekhrouni fut recueilli dans un orphelinat à Adana en 1918 après avoir survécu à la déportation qui frappa la population arménienne. Il poursuivit ensuite sa scolarité à Beyrouth et la termina au lycée français en 1927.
Hagop Dekhrouni fréquenta les spartakistes à partir de 1925. Il fut arrêté avec son frère puis parvint à s’échapper. Son frère, l’un des leaders du mouvement hentchak (SD arménien) en Syrie et rédacteur du journal arménien Siriagan mamoul (Presse syrienne), fervent partisan du rapprochement des partis hentchak et communiste, fut tué à Beyrouth en 1929 par des dachnak (Fédération Révolutionnaire Arménienne – IIe Internationale).
En mars 1928, Hagop Dekhrouni arriva en France en espérant se consacrer à la chimie, mais faute de ressources, dut travailler dans une savonnerie. Il adhéra aux JC puis au Parti communiste français en 1931 (cellule 10, 1er rayon, Marseille). Arrêté par la police en 1932, il reçut l’ordre de quitter le territoire.
Il se mit alors à exercer la profession de chimiste illégalement et continua à militer clandestinement. Il fut le secrétaire de la cellule La Rosière à Marseille en 1935.
De même qu’environ 1 800 Arméniens, Hagop Dekhrouni quitta la France à bord du Sinaïa le 9 mai 1936 et s’installa en Arménie soviétique où il devint expert dans une usine d’huiles et de savons.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article183681, notice DEKHROUNI Hagop par Astrig Atamian, version mise en ligne le 18 août 2016, dernière modification le 18 août 2016.

Par Astrig Atamian

SOURCES : ARA, Erevan, 1 67 92.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément