MANOUKIAN Dakès (Jean-Pierre)

Par Astrig Atamian

Né le 12 avril 1906 à Seuleuz dans le vilayet de Brousse (Bursa en Turquie), Arménien originaire de l’Empire ottoman, orphelin, ouvrier, au Parti communiste français en 1935 à Aix-en-Provence, établi en Arménie soviétique en 1936.

Né au sein d’une famille de paysans, Dakès Manoukian fréquenta l’école primaire jusqu’à l’âge de huit ans avant d’être déporté en 1915 au cours du génocide des Arméniens. Monnayé en chemin par une famille kurde, il survécut en devenant berger puis revint à Seuleuz en octobre 1918. Il y retrouva son frère Hagop. Tous deux demeurèrent à Seuleuz jusqu’en 1922 puis fuirent devant l’avance des troupes kémalistes. Après un mois passé en Thrace, Dakès et Hagop Manoukian s’installèrent à Philippolis (Plovdiv) en Bulgarie. Dakès Manoukian y fut embauché comme manœuvre.
Il arriva en France en février 1930, s’installa à Aix-en-Provence et travailla pendant trois ans dans une usine du groupe La Provençale, un an en tant que manœuvre et deux comme machiniste. Prosoviétique depuis 1925, Dakès Manoukian participa avec son frère Hagop à la création d’une section du HOK (Comité d’aide à l’Arménie, fondé à Erevan en 1921) en mars 1933 à Aix-en-Provence. Il y assuma la charge de secrétaire pendant trois ans.
Dakès Manoukian devint membre du Parti communiste français en juillet 1935 (région marseillaise, rayon d’Aix, cellule n°1).
Au chômage à partir de 1933, et ne bénéficiant plus de l’allocation chômage depuis le 15 novembre 1934, il choisit de partir s’installer en Arménie soviétique. Dakès Manoukian et son frère Hagop furent parmi les 1 800 Arméniens à quitter la France à bord du Sinaïa le 9 mai 1936.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article183766, notice MANOUKIAN Dakès (Jean-Pierre) par Astrig Atamian, version mise en ligne le 21 août 2016, dernière modification le 7 juillet 2020.

Par Astrig Atamian

SOURCES : ARA, Erevan, 1 67 67.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément