MAVISSAKIAN Papken (Maxime)

Par Astrig Atamian

Né le 17 février 1910 à Smyrne (Izmir en Turquie) Arménien originaire de l’Empire ottoman, orphelin de père, au Parti communiste français en 1935 à Villeurbanne, établi en Arménie soviétique en 1936.

Né dans une famille de commerçants, Papken Mavissakian fréquenta le collège arménien Mesrobian jusqu’en 1922. Après que son père fut assassiné par les Turcs pendant la guerre gréco-turque, il fuit avec le reste de sa famille à Salonique. De 1922 à 1925, il fut vendeur de rues de cigarettes.
En 1925, Papken Mavissian arriva en France en famille, à Décines dans la région lyonnaise. Il commença à travailler comme apprenti monteur à l’usine.
Il rejoignit le HOK (Comité d’aide à l’Arménie, fondé à Erevan en 1921) en 1926. Il s’installa à Saint-Maurice dans la région parisienne, fonda la section Alakiaz du HOK et en devint le secrétaire. Il fut ensuite l’organisateur et le trésorier de l’association compatriotique arménienne de Smyrne (Union de reconstruction).
Faute de travail, Papken Mavissian partit en 1935 s’installer en Ardèche à Largentière où il travailla comme monteur et adhéra aux Jeunesses Communistes. Il y organisa des grèves et écrivit dans la revue prosoviétique et communiste arménienne de France Zangou sur le mécontentement des ouvriers envers le patron de son usine qui était également un Arménien.
Papken Mavissian perdit son emploi et s’installa à Villeurbanne. Il devint membre du Parti communiste français en août 1935 (région lyonnaise, rayon Villeurbanne, cellule n°24).
Au chômage, il quitta la France, avec quelque 1 800 Arméniens, à bord du Sinaïa le 9 mai 1936 et partit s’installer en Arménie soviétique.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article183774, notice MAVISSAKIAN Papken (Maxime) par Astrig Atamian, version mise en ligne le 20 août 2016, dernière modification le 7 juillet 2020.

Par Astrig Atamian

SOURCES : ARA, Erevan, 1 67 64.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément