NICOLAS Louis

Par Robert Serre, Jean-Luc Marquer

Né le 23 novembre 1923 à Châtillon-en-Diois (Drôme), sommairement exécuté le 11 août 1944 à Grenoble (Isère) ; victime civile

Louis Nicolas était le fils de Louis, Émile et d’Anna, Alphonsine Fayard, son épouse.
La famille habitait à Châtillon-en-Diois (Drôme)
Lors de l’encerclement du Vercors par les troupes allemandes, il fut arrêté le 23 juillet 1944 à Châtillon-en-Diois, interné à Grenoble (Isère) et torturé.
Il fut sommairement exécuté dans la nuit du 10 au 11 août 1944 au Polygone d’artillerie de Grenoble en même temps que 24 autres personnes.
Son corps enfoui dans un cratère de bombe fut découvert le 27 août 1944, chemin des Buttes, à proximité du Polygone.
Louis Nicolas fut identifié par son père le 15 septembre 1944.
Il obtint la mention "Mort pour la France".
Il fut exhumé le 15 mai 1945 et ses restes furent transférés dans le cimetière protestant de Châtillon-en-Diois.
Son nom figure sur le monument aux morts de Châtillon-en-Diois.


Voir : Grenoble, charniers du Polygone


Notice provisoire

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article183904, notice NICOLAS Louis par Robert Serre, Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 22 août 2016, dernière modification le 19 novembre 2020.

Par Robert Serre, Jean-Luc Marquer

SOURCES : Arch. Dép. Drôme, 132 J 30. — Cdt Pons, De la Résistance à la Libération, rééd. 1987, p. 268. : Jean Abonnenc, Il n’est pas trop tard pour parler de Résistance, imp. Cayol, Die, 2004. 255, 353. — Joseph La Picirella, Témoignages sur le Vercors, 14e édition, 1991, p. 376. — Guillon Julien, Des vies tronquées. Les assassinats perpétrés au « Polygone d’artillerie » de Grenoble (38-France) par les troupes d’occupation allemandes les 13 juillet et 11 août 1944., juin 2019, non publié — Geneanet — Mémorial GenWeb — https://www.cimetieres-de-france.fr

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément