MAHEU Joseph.

Par Jean Puissant - Jean Neuville

Bruxelles (pr. Brabant, arr. Bruxelles : aujourd’hui Région de Bruxelles-Capitale), 19 mai 1867 − Bruxelles, 9 ou 10 juin 1894. Typographe, dirigeant de l’Association libre des compositeurs et imprimeurs typographes de Bruxelles, cofondateur de la ligue « En Avant pour le suffrage universel » en 1882, militant et dirigeant du Parti ouvrier belge, frère d’Edouard Maheu.

Joseph Maheu est le fils de Josse, Joseph Maheu et de Marie-Joseph Segers décédée à Sint-Martens Bodegem (Bodeghem Saint-Martin, aujourd’hui commune de Dilbeek, pr. Brabant flamand, arr. Hal-Vilvorde) en 1891 et le frère d’Edouard. Du 7 décembre 1883 au 7 janvier 1886, Joseph Maheu est commissaire de l’Association libre des compositeurs et imprimeurs typographes de Bruxelles. Il est membre de la commission adoptée sur la proposition de Charles De Wit par l’Association le 4 février 1886, dont l’objectif est « d’éviter l’envahissement des ateliers par les apprentis ».

Joseph Maheu travaille chez son frère Edouard, imprimeur de La Réforme (1884). Il y rencontre Louis Bertrand, alors expéditeur, et se lie à lui. Il collabore à La Voix de l’ouvrier que ce dernier peut alors relancer.

Joseph Maheu, comme son frère Edouard, signe le Manifeste républicain du 23 septembre 1884. Cette année-là, il devient également responsable de la Ligue ouvrière de Schaerbeek (Bruxelles), où il habite. Il est membre de la Section socialiste et de la Ligue ouvrière de Bruxelles, dont il est secrétaire, avec Louis Bertrand. Il fait partie du comité organisateur du Congrès ouvrier d’avril 1885 qui décide de la création du Parti ouvrier belge (POB). Il est un des membres du Bureau du parti. Il est également l’organisateur du premier Congrès du nouveau parti à Anvers le 15 août 1885. Membre du comité de la Fédération bruxelloise du nouveau parti, il siège au Conseil général, dont il est le secrétaire général de 1885 à 1887.

Joseph Maheu est également membre du comité de rédaction du Peuple en décembre 1885. Il est l’organisateur de la manifestation "finalement interdite en faveur du suffrage universel". Il tient plusieurs meetings en province dans ces circonstances. En 1886, il devient responsable de La Bibliothèque populaire, édition créée par Louis Bertrand, pour un salaire de 150 francs par mois. Il est donc un des premiers permanents du POB.

En 1887, Joseph Maheu renonce à se présenter à l’élection pour le Conseil Général, comme Jean Volders, pour ne pas approfondir la fracture avec les partisans de Defuisseaux (voir le rôle de son frère Edouard dans la crise). Par la suite, il n’apparaît plus au premier plan mais il reste adhérent des organisations. Il devient imprimeur indépendant. Son nom est encore évoqué le 22 mars 1891 à l’occasion d’un meeting en faveur du suffrage universel à La Louvière (pr. Hainaut, arr. Soignies).

Dans l’article nécrologique qui est consacré à Joseph Maheu, il est dit qu’il serait membre du Conseil d’administration de la coopérative La Maison du peuple depuis sa création, ce qui est peu probable (il a alors quinze ans), mais qu’il le soit devenu l’est assurément. Il serait également cofondateur, avec François Sas*, de la première Ligue ouvrière bruxelloise, celle du canton de Saint-Josse, fondée le 22 décembre 1883 : il a alors seize ans et demi.

Joseph Maheu a donc été une personnalité importante lors de la création des organisations ouvrières bruxelloises dans le cadre de la lutte en faveur du suffrage universel et du POB entre 1884 et 1887. Son engagement ne fait aucun doute. Lors d’un meeting lors des élections provinciales de 1886, où il est candidat de la Ligue ouvrière du canton de Saint-Josse, il répond à un libéral doctrinaire qui lui demande quel est son drapeau : « Le Drapeau rouge, celui de la révolution sociale ».

En juin 1894, ses funérailles d’une dimension nationale, malgré son retrait de l’avant-plan, réunit un millier de personnes dont les membres du Conseil général du POB, les dirigeants bruxellois et les conseillers communaux socialistes de l’agglomération. Prennent la parole à cette occasion, les représentants du Conseil général, des organisations rationalistes dont il était membre actif, de la Ligue ouvrière de Schaerbeek, de l’Association libre des compositeurs typographes, ainsi que son ami Delrue, conseiller communal (POB) de Schaerbeek.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article183910, notice MAHEU Joseph. par Jean Puissant - Jean Neuville, version mise en ligne le 22 août 2016, dernière modification le 8 décembre 2019.

Par Jean Puissant - Jean Neuville

SOURCES : Le Peuple, 11 au 14 juin 1894 − HUBERT E., Historique de l’Association libre des compositeurs et imprimeurs-typographes de Bruxelles, Bruxelles, 1892, p. 159 − BERTRAND L., Souvenirs d’un meneur socialiste, vol. 2, Bruxelles, 1927.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément