PEDOIA Humbert (Umberto), Giacomo, Luigi, aussi écrit PEDOYA [Pseudonyme dans la Résistance : Berthod]

Par Robert Serre, Jean-Luc Marquer

Né le 10 juin 1924 à Oriol-en-Royans (Drôme), exécuté 10 juin 1924, exécuté sommairement le 31 juillet 1944 à Die (Drôme) par des miliciens ; résistant de l’Armée secrète, homologué Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant (DIR).

Humbert (Umberto), Giacomo, Luigi Pedoia était le fils d’(Arturo) Arthur, Giovanni, Giuseppe Pedoia et d’Hélène, Eugénie, Antoinette Pécaud, son épouse.
Il s’engagea dans la Résistance et rejoignit avec son père les rangs du maquis du Vercors, secteur 8 de l’AS-Isère. Ses services sont homologués à partir du 9 juin 1944.
Humbert Pedoia, Alphonse Canovas, Henri Gagnol et Jean Ordacière, qui ne connaissaient pas la région, se cachèrent, après l’ordre de dispersion, dans une grotte au pied du Grand Veymont. La nuit, ils cherchaient une issue. Ils se retrouvèrent à Romeyer (Drôme) où ils purent enfin se ravitailler. Alors qu’ils faisaient réparer leurs chaussures, les Allemands arrivèrent. Les quatre maquisards n’eurent que le temps de sauter par une fenêtre et se cacher dans un ravin. Mais ils furent découverts, emmenés à la prison de Die (Drôme), et interrogés. Ils furent exécutés le 31 juillet 1944 par la Milice.
Humbert Pedoia obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué résistant, soldat des Forces françaises de l’Intérieur.
Il fut décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume par décret du 5 janvier 1959 paru au JO du 13 janvier 1959.
Son nom figure sur la stèle des fusillés à Die, sur le monument aux morts de Saint-Jean-en-Royans, sur la plaque commémorative de Romeyer et sur le monument commémoratif départemental, à Mirmande-Saulce-sur-Rhône (Drôme).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article183957, notice PEDOIA Humbert (Umberto), Giacomo, Luigi, aussi écrit PEDOYA [Pseudonyme dans la Résistance : Berthod] par Robert Serre, Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 23 août 2016, dernière modification le 22 novembre 2022.

Par Robert Serre, Jean-Luc Marquer

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 123642 (nc) et AC 21 P 656576 (nc). — Vincennes GR 16 P 462775 (nc) ; GR 19 P 38/16, p. 17 et 70. — Patrick Martin, La Résistance dans le département de la Drôme, 1940-1944, thèse Université Paris IV Sorbonne, 2001, base de données noms. — Jean Veyer, Souvenirs… p. 73. — L-E Dufour, Drôme terre de liberté, PL-NT 1994, p. 195. Archives remises à l’AERD par le fils d’André Vincent-Baume, puis déposées aux Arch. Dép. Drôme. — Arch. Dép. Drôme, 132 J 30. — Cdt Pons, De la Résistance à la Libération, rééd. 1987, p. 269. — Jean Abonnenc, Il n’est pas trop tard pour parler de Résistance, imp. Cayol, Die, 2004. 354. — Joseph La Picirella, Témoignages sur le Vercors, 14e édition, 1991, p. 344. — Monument aux morts Saint-Jean. Stèle des fusillés Die. — Plaque Romeyer.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément