RAILLON André, Paul

Par Jean-Louis Ponnavoy, Robert Serre

Né le 12 mars 1913 à Charpey (Drôme), exécuté sommairement le 26 juillet 1944 à Beauvoir-en-Royans (Isère) ; résistant des Forces françaises de l’intérieure (FFI).

Âgé de 31 ans, de Saint-Vincent-la-Commanderie (Drôme), André Raillon était le fils de Lin Paul Ferdinand et de Marie Louise Aurélie Lucie Abisset et se maria le 14 novembre 1942 à Charpey avec Suzane Paulette Bellon. Il figurait parmi les prisonniers capturés en tentant de s’échapper du piège du Vercors et internés par les Allemands à Saint-Nazaire-en-Royans. Les miliciens, accompagnés de leur égérie, Simone Waro (Provence), se firent remettre ces prisonniers, et les fusillèrent le 26 juillet 1944 au lieu-dit "Les Chaussères", à Beauvoir-en-Royans (Isère).
Il est inhumé dans le caveau familial au cimetière municipal, à Saint-Vincent-la-Commanderie (Drôme).
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI) et "Déporté et interné résistant" (DIR), [SHD Vincennes dossier GR 16 P 497897].
Son nom figure sur le monument commémoratif des fusillés, à Beauvoir-en-Royans (Isère).


Voir Beauvoir-en-Royans (26 juillet 1944)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article184036, notice RAILLON André, Paul par Jean-Louis Ponnavoy, Robert Serre, version mise en ligne le 24 août 2016, dernière modification le 22 août 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy, Robert Serre

SOURCES : Arch. Dép. Drôme, 132 J 30. — Joseph La Picirella, Témoignages sur le Vercors, 14e édition, 1991, p. 319. Monument aux morts Saint-Vincent-la-Com.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément