CALDANI Claude, André, Émile

Par Jacques Girault

Né le 22 juin 1933 à Toulon (Var) ; professeur ; militant syndicaliste du SNETAA et de la FEN, militant mutualiste dans le Var.

Son père, charpentier tôlier à l’Arsenal maritime de Toulon, militant de la CGT et du Parti communiste, fut révoqué de l’Arsenal au début de la guerre. Interné à La Chaffaut (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence), résistant FFI, blessé dans les combats pour la libération de Toulon, il fut réintégré à l’Arsenal où il continua de militer. Sa mère, tour à tour femme de ménage, vendeuse, caissière de cinéma, appartenait après la guerre à l’Union des femmes françaises. Ils firent administrer les sacrements catholiques à leur fils qui se maria religieusement en septembre 1954 à Toulon, alors qu’il était aspirant dans une unité du Génie en Allemagne, avec une employée des PTT. Ils firent seulement baptiser leurs deux enfants et divorcèrent en février 1988.

Claude Caldani fréquenta l’école primaire Dutasta à Toulon et, entre 1943 et 1945, l’école à classe unique d’un village de la Haute-Marne où il avait été évacué. Il fréquenta le collège technique Rouvière et y obtint successivement le CAP, le brevet d’enseignement industriel (forgeron) puis le baccalauréat « mathématiques - technique » en 1951.

Caldani s’engagea alors pour deux années dans un régiment du Génie (École d’application d’Angers). Sergent en juillet 1952, il prépara l’école de Saint-Cyr au lycée Hoche à Versailles. Il échoua au concours en juin 1953 et fut admis en dépit de l’engagement politique familial à suivre les cours d’élève officier de réserve à Angers. Rappelé en Algérie, il commanda une section en Kabylie (novembre 1955-janvier 1956) puis une Unité territoriale à Hussein Dey jusqu’en 1960. Pendant ces années, il avait suivi les cours de la section d’adaptation de l’École normale d’instituteurs de Bouzareah, puis avait été affecté au centre d’apprentissage d’Alger-Sud jusqu’en 1962.

Revenu en France, Caldani exerça comme professeur au collège d’enseignement technique de Lure (Haute-Saône) avant d’obtenir sa mutation du CET Cisson à Toulon (1964-1968). Nommé au lycée technique Rouvière, il termina sa carrière au lycée d’enseignement professionnel du Champ-de-Mars à Toulon en 1993. Il bénéficiait d’une décharge complète de service pour responsabilités syndicales de 1983 à 1989 qui se transforma alors en demi-décharge compatible avec sa situation administrative de cessation progressive d’activité.

Claude Caldani, membre du Syndicat national de l’enseignement technique autonome apprentissage (SNETAA) depuis 1962, devint le secrétaire départemental de son syndicat en 1966 tout en étant secrétaire académique adjoint, membre du conseil syndical national, élu aux commissions administratives paritaires académique (professeurs d’enseignement technique théorique) et nationale (professeurs de CET).

Dans le même temps, Caldani assurait le secrétariat départemental de la Fédération de l’éducation nationale (1966-1968). Autour de la FEN en mai-juin 1968, purent s’organiser dans le Var des manifestations associant l’ensemble du mouvement syndical. Lors du congrès départemental de l’organisation, le 1er décembre 1968, il démissionna de cette responsabilité pour des raisons familiales mais aussi pour des raisons liées à la vie interne de la section de la FEN. Son passage au secrétariat correspondit à l’installation de la FEN dans les locaux de la Bourse du Travail alors qu’elle dépendait jusqu’alors entièrement du Syndicat national des instituteurs.

Caldani, responsable départemental de la tendance « Unité Indépendance Démocratie » jusqu’en 1992, participa à toutes les réunions décisives de la FEN (congrès nationaux, conseils fédéraux nationaux élargis notamment). Après la scission, secrétaire administratif du bureau départemental de la FEN, il siégea au conseil syndical de la section départementale du Syndicat des enseignants dont il fut membre jusqu’en 1997.

Caldani siégea au Conseil économique et social de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur de 1980 à 1989 au titre de la FEN. Il conserva ce siège jusqu’en 1995, mais cette fois au titre de la mutualité. Il présida notamment la commission chargée de l’éducation.

En effet, Caldani s’occupait de plus en plus de questions relevant de la mutualité. Membre du conseil d’administration, puis du comité de la section départementale de la Mutuelle générale de l’éducation nationale (1972-1998), siégeant au bureau (vice-président, secrétaire), il participait à toutes les réunions décisives de l’organisation. Dans le même temps, secrétaire général de l’Union générale de la mutualité du Var, il fut l’organisateur départemental de la rupture en 1985 qui amena la création de l’Union varoise de la mutualité française dont il assura le secrétariat général puis la présidence (1986-1998) ainsi que la présidence du comité départemental de la Mutualité. Il participa aux créations de l’Union régionale de la mutualité française dont il exerça la vice-présidence (1986-1998), du Groupement régional de la coopération, de la mutualité et des associations (1986) qui devint la Chambre régionale de l’économie sociale dont il était membre du conseil d’administration et du bureau jusqu’en 1998.

Délégué départemental de la Caisse d’aide sociale de l’éducation nationale-Banque populaire (CASDEN) de 1978 à 1998, Caldani assura le secrétariat à partir de 1979 de l’antenne départementale du Comité de coordination des œuvres mutualistes et coopératives de l’éducation nationale (CCOMCEN) dont il fut le délégué régional à partir de 1984.

Militant des organisations laïques, actif militant de gauche sans être membre du Parti socialiste jusqu’en 1999, Caldani participait aux activités des mouvements de gauche à Toulon. Il devint en 1998 le responsable départemental de la Fédération générale des retraités et le demeura jusqu’en 2007. Il animait, au Revest-les-Eaux, où il habitait avec Christiane Martel, dirigeante départementale et nationale du Syndicat national des instituteurs depuis 1981, une association culturelle locale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article18407, notice CALDANI Claude, André, Émile par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 3 décembre 2020.

Par Jacques Girault

SOURCES : Presse syndicale. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément