ROSENTHAL Armand

Par Robert Serre, Dominique Tantin

Né le 19 septembre 1901 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), abattu le 27 juillet 1944 à Saint-Agnan-en-Vercors (Drôme) ; médecin ; résistant du Vercors, FFI.

Armand Rosenthal était diplômé de la faculté de Médecine de Nancy en 1926 (thèse : La tuberculose linguale). Spécialisé en stomatologie, il était installé 36 rue des Carmes à Nancy. En 1936, il succéda à son père à la direction de l’Institut Dentaire de Nancy, rue Heydenreich.
Révoqué comme Juif en application du statut des Juifs de Vichy, il se réfugia en zone dite libre, et il fut le premier à prendre le maquis dans le Vercors en novembre 1942 pour échapper aux rafles. Il devint le médecin du maquis (alias alias Richard André Rolland).
Ce fut l’un des grands blessés restés à la grotte de la Luire à Saint-Agnan-en-Vercors. Il tenta de la quitter, mais fut repris et abattu le 27 juillet 1944 à proximité de la grotte.

Son nom est inscrit sur plusieurs plaques et monuments, à Nancy (Plaque commémorative 1939-1945 du lycée Poincaré), à Paris (Plaque commémorative 1939-1945 de la Faculté de Médecine Paris-Descartes, VIe arr.), à Villard-de-Lans (Monument aux morts) et à Saint-Agnan-en-Vercors (Stèle Commémorative).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article184135, notice ROSENTHAL Armand par Robert Serre, Dominique Tantin , version mise en ligne le 25 août 2016, dernière modification le 13 février 2021.

Par Robert Serre, Dominique Tantin

SOURCES : Archives remises à l’AERD par le fils d’André Vincent-Baume, puis déposées aux Arch. Dép. Drôme. — De Richter, p. 100, note. — Cdt Pons, De la Résistance à la Libération, rééd. 1987, p. 275. — Joseph La Picirella, Témoignages sur le Vercors, 14e édition, 1991, p. 325. — Escolan Patrice, Ratel Lucien, Guide-mémorial du Vercors résistant, Le cherche-midi éditeur, Paris, 1994, p. 56, 59, 305. — Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 520453 (nc). — Laurent CARDONNET, Contribution à l’étude des étudiants en médecine et des médecins ‘Morts pour la France‘ pendant la Seconde Guerre mondiale, Thèse pour le Doctorat en Médecine, Paris, 2010, p. 81.

Version imprimable Signaler un complément