RONY Jean, Léon, Marius [Pseudonyme dans la Résistance : Picar]

Par Robert Serre, Jean-Luc Marquer

Né le 9 décembre 1909 à Saint-Marcellin (Isère), mortellement blessé le 22 mai 1944 à Saint-Marcellin ; artisan fromager ; résistant de l’Armée secrète, homologué Forces françaises combattantes, réseau Action R1, et interné résistant (D.I.R.).

Buste de Jean RONY, tombe, cimetière de Saint-Marcellin (Isère)
Buste de Jean RONY, tombe, cimetière de Saint-Marcellin (Isère)
Photo : Yves Gauzentes, Geneanet, sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0

Jean, Léon, Marius Rony était le fils de François, Xavier et de Marie Barroz.
Il épousa Georgette, Zoé, Henriette Veyret le 19 août 1929 à St Marcellin (Isère).
Ils eurent au moins un fils : Jean, François, Henri Rony.
Par son mariage, il devint propriétaire d’une petite entreprise laitière située avenue du Vercors à Saint-Marcellin.
Affecté au 504è régiment blindé, en Meurthe et Moselle, Jean Rony tint, au début de l’offensive allemande de juin 1940, un “journal de guerre”. Devant l’horreur des foules mitraillées par les Allemands, il nota : « Femmes et enfants massacrés en pleine route par les assassins nazis. Ah ! pouvoir les venger un jour. »
Il s’engagea dans la Résistance et faisait partie du maquis de Chambarand, secteur 3 de l’AS-Isère. Il apporta aide et assistance à des réfractaires au STO et des survivants du maquis de Malleval (Isère). La famille Rony hébergea et cacha aussi une famille juive.
Il hébergea le radio de la mission Union, Camille Monnier (Magyar) et, après une dénonciation, fut mortellement blessé par des membres de la Gestapo venus de Valence (Drôme) le 22 mai 1944.
Camille Monnier fut abattu devant la laiterie alors qu’il essayait de s"échapper.
Les Allemands emportèrent l’émetteur.
Transporté à l’hôpital de Saint-Marcellin, Jean Rony y décéda le 29 mai 1944.
Il obtint la mention "Mort pour la France" et fut homologué résistant, membre des Forces françaises combattantes, réseau Action R1, et interné résistant (D.I.R.).
Il fut décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume.
Il est enterré dans le caveau familial au cimetière de Saint-Marcellin.
Son nom figure sur le monument aux morts de cette commune, sur une plaque apposée sur le mur de la laiterie et sur le monument commémoratif du maquis de Chambarand à Viriville (Isère).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article184136, notice RONY Jean, Léon, Marius [Pseudonyme dans la Résistance : Picar] par Robert Serre, Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 25 août 2016, dernière modification le 24 mai 2021.

Par Robert Serre, Jean-Luc Marquer

Buste de Jean RONY, tombe, cimetière de Saint-Marcellin (Isère)
Buste de Jean RONY, tombe, cimetière de Saint-Marcellin (Isère)
Photo : Yves Gauzentes, Geneanet, sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0

SOURCES : SHD Vincennes, GR 19 P 38/5 ; GR 16 P 519649 et GR 28 P 11 102 (à consulter) — AVCC Caen, AC 21 P 146582 et AC 21 P 665813 (à consulter) — Pour l’Amour de la France, pages 98. Henri Faure, page 148. — Mémoire des hommes — Mémorial GenWeb — Geneanet — https://www.saint-marcellin.fr/mes-infos/actualites/327-a-la-memoire-de-jean-rony

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément