SCHTOIL Adolphe

Par Robert Serre, Michel Thébault

Né le 2 février 1915 à Paris XIIème arr. (Seine), exécuté le 8 juillet 1944 à Portes-lès-Valence (Drôme) ; victime civile juive.

Adolphe Schtoil était le fils de Michel Schtoil, tailleur, âgé de 28 ans et d’Hassia Litvak âgée de 22 ans domiciliés 12 rue des Ecouffes, rue du quartier juif du Marais dans le IVème arrondissement. En 1944, célibataire, il demeurait à Lyon, employé à l’usine Bronzavia SA, dans le VIIIème arrondissement. Il fut arrêté le 29 juin 1944 et incarcéré à la prison de Montluc à Lyon.

Dans la nuit du 6 au 7 juillet 1944, un groupe de maquisards de la compagnie AS Pons, exécuta un sabotage à la gare de Portes-lès-Valence (Drôme). Huit locomotives furent rendues irréparables, et le four à réguler, indispensable pour l’entretien des machines, fut détruit. Quelques minutes plus tard, le bâtiment administratif, où s’étaient réfugiés des Allemands, fut également détruit, tuant 12 Allemands. Les autorités d’occupation décidèrent de procéder à des représailles : le lendemain, 8 juillet 1944, trente internés de la prison de Montluc à Lyon, et parmi eux Adolphe Schtoil, ainsi que trois Drômois pris à Saint-Donat le 15 juin 1944, furent amenés à Portes-lès-Valence, au dépôt des locomotives. Ils furent fusillés vers 15 heures contre le mur du bâtiment administratif.

Il obtint la mention mort pour la France et son nom est inscrit sur la stèle commémorative des fusillés de Portes-les-Valence. Il figure également sur la plaque de l’ancienne usine Bronzavia SA, 40, rue Maryse Bastié à Lyon, dédiée « à la mémoire des victimes de la barbarie nazie 1939 -1945 ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article184191, notice SCHTOIL Adolphe par Robert Serre, Michel Thébault, version mise en ligne le 26 août 2016, dernière modification le 12 janvier 2021.

Par Robert Serre, Michel Thébault

SOURCES : Arch. Dép. Paris (état civil en ligne) — Cdt Pons, De la Résistance à la Libération, rééd. 1987, p. 273. — Joseph La Picirella, Témoignages sur le Vercors, 14e édition, 1991, p. 197. — article Robert Serre la stèle des fusillés de Portes-les-Valences Musée de la Résistance en ligne. — Yad Vashem, Klarsfeld, Shoah. — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément