RAYNAUD François, Louis, Alphonse - Pseudo dans la Résistance : Navarre

Par Olivier Dedieu

Né le 24 septembre 1902 à Port-Vendres (Pyrénées-Orientales) ; ingénieur des Travaux publics, sous-préfet, résistant, militant socialiste.

Bachelier, ingénieur TPE, François Raynaud fit son service militaire dans le génie. Sous lieutenant de réserve, il fut agent du service vicinal dans le département de l’Hérault. Agent voyer en 1922, il fut ingénieur adjoint en 1932 au Caylar puis à Lodève. En mai 1939, il fut nommé ingénieur à Pézénas, ville ou il devint président du Stade Piscénois. Lors de l’intégration du service vicinal au sein des Ponts et Chaussées, fin 1941, il devint responsable du bureau d’études de l’arrondissement de Béziers-Sud, à Béziers.

Sous l’occupation, François Raynaud joua un rôle de premier plan dans la résistance non communiste dès 1941. Membre des MUR, il remplaça, auprès de Joseph Lanet (voir ce nom) Emile Tourrenc (voir ce nom) comme directeur adjoint de l’AS pour la région R3-2 (Béziers / Narbonne) en 1943 et fut nommé par la suite délégué militaire départemental. Les MUR le proposèrent, dans le cadre de la préparation de la Libération, comme sous-préfet de Béziers. Il fut détaché par le ministère des travaux publics le 28 août 1944 pour être mis à disposition du ministère de l’intérieur comme sous-préfet.

Sous-préfet de Béziers, François Raynaud eut à restaurer l’autorité de l’État. En octobre 1944, le préfet de l’Hérault ne tarissait pas d’éloges sur son travail : « Très travailleur, occupe, non sans succès, un poste très difficile en raison du caractère particulariste de la population ». Pour autant, face à la permanence des exécutions sommaires, il fut débarqué de son poste par le commissaire de la République, en février 1945. Cette sanction amena le CLL et la SFIO à condamner la décision du préfet de région. Une manifestation eut même lieu dans la ville pour le soutenir , sans succès.

François Raynaud fut nommé directeur départemental et régional de jeunesse et sports à Toulouse. Inspecteur général, il revint à Montpellier comme délégué régional jeunesse et sports dans les années 1950.

En 1944, François Raynaud, qui avait adhéré au PS clandestin, adhéra à la section SFIO de Béziers. En 1945, il figura sur la liste du parti lors des élections municipales de Béziers. Il resta membre de la section jusqu’en 1952.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article184269, notice RAYNAUD François, Louis, Alphonse - Pseudo dans la Résistance : Navarre par Olivier Dedieu, version mise en ligne le 27 août 2016, dernière modification le 16 octobre 2016.

Par Olivier Dedieu

SOURCES : Arch. Dép. Hérault, 1 R 1355 , 7 W 1, 389 W 19, 999 W 48 et 177, 1000 W 68 - Arch. Section SFIO de Béziers – Joseph Lanet, Mémoires de Résistance, la création de l’Armée secrète à Béziers, Saint-Pons, Bédarieux et Narbonne, Sampzon et Montpellier, Editions Delatour France / Conseil général de l’Hérault, 2010. — Olivier Dedieu, « La SFIO de Béziers à la Libération, L’impossible conquête du pouvoir1944-1945 », Midi Rouge, n° 12, Maitron Languedoc-Roussillon, Montpellier, 2008, pp. 31-38. — Entretiens avec Jean Broudet, Joseph Alranq, Francis Jouvin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément