MEYRAN Émile

Par Jean-Marie Guillon

Né le 8 février 1897 à Meyronnes (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence), exécuté le 15 juin 1944 à Jausiers (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence) ; brigadier des douanes ; Organisation de résistance de l’armée (ORA).

Jausiers (Alpes-de-Haute-Provence), stèle aux douaniers exécutés le 15 juin 1944
Jausiers (Alpes-de-Haute-Provence), stèle aux douaniers exécutés le 15 juin 1944

Fils de Jacques Meyrand et de Marie Bellon, Émile Meyrand était originaire des hautes vallées de l’Ubaye. Incorporé dans l’artillerie le 7 janvier 1916, il combattit sur le front à partir du 8 février 1917 avec le 234e Régiment d’artillerie, le 3e Régiment d’artillerie coloniale. Il fut démobilisé le 2 octobre 1919. Entré dans les douanes, il fut envoyé à Dunkerque (Nord) le 1er septembre 1920 et resta dans la région jusqu’en 1927, à Calais, puis à Saint-Omer (Pas-de-Calais). Il revint sur la frontière italienne, le 10 décembre 1927 et fut affecté d’abord à Plampinet (commune de Nevache, Hautes-Alpes), puis dans la Haute-Ubaye, à Saint-Paul-sur-Ubaye (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence) le 24 juillet 1933, et, enfin, non loin de là, à La Condamine, le 5 février 1938. IL était marié et père de deux enfants. Engagé dans la Résistance, il fut homologué par l’ORA à partir du 1er avril 1943. Il faisait partie du groupe de quatre douaniers du poste de La Condamine (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence) que les militaires allemands arrêtèrent le 15 juin 1944 lors du contrôle de la population masculine de Jausiers. La Wehrmacht venait de livrer bataille le 13 juin au Pas de Grégoire sur le territoire de la commune pour reprendre le contrôle de la vallée de l’Ubaye qui était en insurrection depuis le 6 juin 1944. Les quatre douaniers, qui avaient participé aux événements et qui auraient été chargés de récupérer des FFI restés cachés dans la montagne, furent trouvés porteurs de cartouches américaines. Après avoir été violemment interrogés, Émile Arnaud*, Ferdinand Garcin*, François Imbert*, Émile Meyran furent fusillés au quartier Mazagran (Pont de chèvres). Les Allemands auraient refusé de laisser un prêtre s’approcher. Une stèle a été érigée à la Libération à leur mémoire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article184564, notice MEYRAN Émile par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 31 août 2016, dernière modification le 27 février 2021.

Par Jean-Marie Guillon

Jausiers (Alpes-de-Haute-Provence), stèle aux douaniers exécutés le 15 juin 1944
Jausiers (Alpes-de-Haute-Provence), stèle aux douaniers exécutés le 15 juin 1944

SOURCES : L’écho des douanes n°51, octobre 2014.— Abbé Sébastien Signoret, « Faits de guerre dans les hautes vallées de l’Ubaye 1939-1945 », Une vallée frontière dans la Seconde Guerre mondiale. Histoires vécues en Ubaye 1939-1945, Barcelonnette, Sabença de la Valèia/Connaissance de la vallée, 1990.— Mémorial de la Résistance et des combats de la Seconde Guerre Mondiale dans les Basses-Alpes, Digne, Secrétariat aux Anciens Combattants–CDIHP des Alpes-de-Haute-Provence, 1992.. ⎯ registre des matricules militaires.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément