SCHUTZ Jean François Henri

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 16 décembre 1923 à Mainz (Allemagne), exécuté sommairement le 27 juillet 1944 à Saligney (Jura) ; étudiant ; résistant du maquis Panthère.

Jean François Schutz était le fils de René et de Marie Thérèse Guillemot. Il était étudiant et célibataire.

Il s’engagea au maquis Panthère constitué à partir du 13 juin 1944 sur le mont de Vassange à Saligney (Jura).

Le 27 juillet au matin le maquis fut encerclé par un détachement de la 157e division d’intervention allemande composé de cosaques de l’Armée Vlassov. Capturés, Jean-François Schutz et son camarade René Brenier* furent abattus à la mitraillette à 17h30 selon leur acte de décès, au lieudit "Aux Bouleaux".

Il est inhumé au carré militaire du maquis de Saligney

Il obtint la mention "Mort pour la France" transcrite sur son acte de décès le 10 septembre 1945.

Son nom figure sur le monument commémoratif du maquis de Saligney (Jura), sur le monument aux morts de Malans et sur le mémorial de la Résistance, à Vesoul (Haute-Saône).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article184956, notice SCHUTZ Jean François Henri par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 8 septembre 2016, dernière modification le 12 octobre 2018.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : André Besson "Les maquis de Franche-Comté, ch. 14, La tragédie de Saligney pp. 165 à 188, éd. France-Empire 1998". — Mémorial GenWeb. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément