JÉGOU Robert

Par Daniel Grason

Né le 10 septembre 1920 à Lanrivain arrondissement de Guingamp (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor), tué le 22 août 1944 à Paris (XIIe arr.) ; élève gardien de la paix ; F.F.I.

Fils de Mathurin Jégou, cultivateur, et de Alice Le Poul, ménagère puis concierge 5 rue Claude Decaen à Paris, Rogert Jégou s’était marié le 14 février 1942 à Lanrivain (Côtes du nord, Côtes d’Armor) avec Marie Françoise Le Berre. Le couple était domicilié 16 rue Surcouf à Paris.
Robert Jégou, avec des collègues du commissariat du XIIe arrondissement prêtèrent main forte au groupe Tante Jeanne, groupe composé d’employés de la SNCF de la gare de Lyon, de Bercy, du dépôt du Charolais et de gardiens de la paix. Le 22 août 1944 le corps franc reçut pour mission de faire prisonnier un groupe de soldats allemands qui passait porte de Charenton. Les Allemands levèrent les bras et se rendèrent. Stratagème ou hasard ? Un camion allemand qui passait sur les boulevards extérieurs, tira à la mitrailleuse. Il mourut à 16h 15 à l’hôpital Saint-Antoine.

Robert Jégou a été inhumé dans le carré de corps restitués aux familles au cimetière parisien de Thiais (Seine, Val-de-Marne).
À la hauteur du 203 avenue de Charenton (XIIe arr.) sur le terre-plein une stèle a été posée avec en épitaphe : « Ici des Français sont tombés pendant les glorieuses journées de la libération pour que vive la France - Août 1944 ». Neuf noms ont été gravés : Marius Delcher, Robert Jégou, Louis Ladet, Albert Maderon , Jules Moureau, Paul Pégart, Henri Régnier, Maurice Salomez, Simon Theureau.
Le nom de Robert Jégou figure sur la plaque posée à l’entrée du commissariat du XIIe arrondissement 76 avenue Daumesnil aux côtés de ses collègues Simon Theureau, Louis Ladet, Paul Pégart et Henri Régnier tués dans les mêmes circonstances : « À la mémoire des gardiens de la paix du 12e arr. morts pour la Libération de Paris » , et sur la liste des policiers tués lors de la Libération de Paris au Musée de la police 4 rue de la Montagne Sainte-Geneviève à Paris (Ve arr.).
Le ministère des Anciens combattants attribua à Robert Jégou la mention « Mort pour la France » le 22 novembre 1945, il a été homologué F.F.I.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article184972, notice JÉGOU Robert par Daniel Grason, version mise en ligne le 4 octobre 2016, dernière modification le 5 avril 2022.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. Notes de Christian Chevandier KC 20 (dossier Louis Ladet). – SHD, Caen AC 21 P 55035. – Bureau Résistance GR 16 P 308981. – Christian Chevandier, Été 44. L’insurrection des policiers de Paris, Éd. Vendémiaire, 2014. – « Au cœur de la Préfecture de Police de la Résistance à la Libération », Sous la dir. de Luc Rudolph, Directeur honoraire des services actifs, Éd. LBM, 2009. – Site internet « La Libération de Paris » de Gilles Primout. – Site internet GenWeb. — État civil, acte de décès 3406.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément