GODILLON Charles

Par Gilbert Beaubatie

Né le 8 juin 1908 à Marillet (Vendée), pendu le 9 juin 1944 à Tulle (Corrèze) ; tourneur sur métaux ; victime civile.

Charles Godillon avait fait son service militaire à Toul (Meurthe-et-Moselle). Depuis 1936, il était tourneur sur métaux à la Manufacture Nationale d’armes de Tulle.
Le 9 juin 1944, vers 8 heures, deux Waffen-SS de la Division Das Reich l’obligèrent à rejoindre un groupe d’une vingtaine d’hommes habitant le même quartier.
Avant d’être envoyé à la potence, il eut le temps de remettre à l’abbé Jean Espinasse, les mots suivants :

« Au revoir, ma chérie, mes petits et toute ma famille que j’aimais tant. Appelle celui qui doit venir : Charles ou Marie. Je pars pour être fusillé : au revoir, mon amour, mes chéris…
Charles. »

Marié et père de deux enfants âgés de 8 et 6 ans, il avait 36 ans.
La veille de sa mort, il avait fêté son anniversaire.
Trois mois après sa disparition, un troisième enfant naquit : Charles.

Tulle, 9 juin 1944 : les pendus de Tulle

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article185011, notice GODILLON Charles par Gilbert Beaubatie, version mise en ligne le 9 septembre 2016, dernière modification le 1er janvier 2021.

Par Gilbert Beaubatie

SOURCES : Notes de Gilbert Beaubatie.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément