CAMPO René

Par Olivier Dedieu

Né le 30 décembre 1912 au Bousquet-d’Orb (Hérault), mort le 14 décembre 2005 au Bousquet-d’Orb ; commissaire de police ; issu du milieu socialiste ; résistant, membre de Brutus, puis du réseau Saint-Jacques, ainsi que de Combat ; maire divers gauche du Bousquet-d’Orb.

René Campo était issu d’une famille de militants socialistes du bassin de Graissessac. Son père, Pierre, ouvrier verrier puis employé des mines, fut propriétaire d’un cinéma et d’un café. Il devint maire de la commune en 1935 et le resta jusqu’à sa mort en 1945. Militant SFIO et dignitaire maçon, Pierre Campo fut destitué en novembre 1942 avant de redevenir maire en décembre 1943. Il suivit les traces de son père et adhèra aux jeunesses socialistes. Il fut aussi sportif. Joueur du Gallia Club du Bousquet-d’Orb, il devint joueur de l’équipe première du SOM quand il partit faire ses études à Montpellier. Après le début de la guerre d’Espagne, son père reçut la visite d’Eugène Montel*, proche de Léon Blum*. Alors que le gouvernement de ce dernier avait décidé la non intervention, Montel fut chargé de recruter un corps d’inspecteurs provisoires en charge d’inspecter la frontière, mais dont la mission était d’aider officieusement les républicains espagnols malgré les délégués de la non intervention. Le 1er juillet 1937, René Campo, qui était alors à la recherche d’un emploi administratif, fut nommé et partit dans les Pyrénées-Orientales comme inspecteur régional. Après la fin de la guerre d’Espagne, il fut affecté à la police spéciale.
Pendant la campagne de France, il demanda à partir au front dans l’armée des Alpes. Démobilisé, il revint comme inspecteur à Perpignan. En août 1940, remplaçant un collègue au poste frontière sur les hauteurs de Cerbère, il intercepta un ressortissant suisse, dénommé Lucas. En fait, il s’agissait de Pierre Fourcaud. Les deux hommes sympathisèrent et René Campo devint le premier agent du réseau Lucas, appelé par la suite Brutus. Informant son père, il apprit que ce dernier avait déjà eu des contacts avec Francis Missa. À Perpignan, il permit le passage d’agents et de postes radio. Ses fonctions lui permirent aussi d’avertir certains résistants. Ce fut le cas pour le secrétaire général de la mairie de Perpignan qui le mit en contact avec Francis Missa, lequel le fit rentrer à Combat. Connu comme policier « rouge », il demanda sa mutation à Montpellier au SRPJ. Il obtint celui de Toulouse. Quelques mois plus tard, grâce au soutien de hauts gradés maçons, il fut nommé inspecteur à la brigade mobile de Montpellier. Il fut membre de Brutus, puis du réseau Saint-Jacques, ainsi que de Combat, sous le pseudonyme de « Collomb », et du NAP Police. Ces activités lui permirent de sauver Francis Missa et Charrier lors d’une descente de la police. Agent de liaison de Beffre, chef du maquis Bertrand au Bousquet-d’Orb, il resta en poste au SRPJ de Montpellier durant toute la guerre.
À la Libération, il était lieutenant FFI et fut nommé commissaire sur titres de résistance. Alors que son père était décédé en mars 1945, il fut proposé comme maire du Bousquet-d’Orb mais refusa pour se consacrer à sa carrière professionnelle. De 1945 à 1970, date de sa retraite, il fut le chef de la section économique et financière du SRPJ.
En 1953, Adrien Vernet, maire SFIO du Bousquet-d’Orb, lui proposa d’être conseiller municipal. En 1971, suite à des dissensions au sein du conseil municipal, il fut élu maire de la commune et le resta jusqu’en 1989. N’ayant jamais adhéré à la SFIO ni au PS, il fut étiqueté divers gauche, tout en bénéficiant du soutien des socialistes. N’ayant pas voulu se présenter contre Adrien Vernet aux cantonales de 1976, il ne fut pas candidat au conseil général. En 1989, âgé de soixante-quinze ans, il décida de ne pas se représenter et laissa son premier adjoint communiste devenir maire. Il se retira alors à Castelnau-le-Lez.
Ancien résistant, René Campo fut, durant de longues années, trésorier de l’Union départementale des combattants volontaires de la résistance et des médaillés de la résistance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article18512, notice CAMPO René par Olivier Dedieu, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.

Par Olivier Dedieu

SOURCES : Arch. Dép. Hérault : 1003 W 25. — Arch. IHTP : 91 J 15. — Arch. ODAC. — Gilbert de Chambrun, Journal d’un militaire d’occasion, Avignon, Aubanel, 1982. — Entretien Pierre Campo.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément