VIEILLEFOND Jean-François

Par Gilbert Beaubatie

Né le 14 juillet 1926 à Tulle (Corrèze), pendu le 9 juin 1944 à Tulle ; comptable au Crédit Agricole ; victime civile.

Le 9 juin 1944, Jean-François Vieillefond fut arrêté par des Waffen-SS de la division Das Reich avec son père chez un voisin demeurant rue du docteur Valette, chez qui toute sa famille s’était repliée par crainte d’une fusillade.
Amené dans la cour de la Manufacture d’armes, il fut désigné pour être pendu. Il a fait partie du premier groupe d’otages conduit à la potence, rue du Pont-Neuf, où son père tenait une boucherie.
Sa mère, l’apercevant à travers la fente d’un volet, lui cria : « Jean ! … Mon Jean… » :
« L’enfant entendit cet appel, ses lèvres blêmirent… La mère courut, descendit, mais fut impuissante à ouvrir la porte. Son fils se balançait au balcon de la maison voisine, à côté du crochet », où son père suspendait les bêtes écorchées destinées à la vente… (cf. A. Soulier, Le Drame de Tulle. 9 juin 1944, Naves, imprimerie du Corrézien, 1994, p. 20.
Jean-François Vieillefond est le plus jeune des 99 pendus. Il avait 17 ans et 11 mois.


Tulle, 9 juin 1944 : les pendus de Tulle

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article185129, notice VIEILLEFOND Jean-François par Gilbert Beaubatie, version mise en ligne le 12 septembre 2016, dernière modification le 14 janvier 2021.

Par Gilbert Beaubatie

SOURCE : Notes de Gilbert Beaubatie.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément