HEKLER Henri

Par Gilbert Beaubatie

Né le 21 octobre 1922 à Paris (XIXe arrondissement), pendu le 9 juin 1944 à Tulle (Corrèze) avec son frère jumeau ; militant communiste ; dessinateur dans la métallurgie ; victime civile.

Lucien et Henri Heckler étaient frères jumeaux, grands, blonds et frisés. Ils commencèrent à travailler à Lunéville (Meurthe-et-Moselle) comme dessinateurs à la société Lorraine, ancien établissement Dietrich. Ils furent employés au bureau d’étude et militèrent aux Jeunesses communistes. En 1942, ils partirent à Paris et furent et entrèrent chez Citroën. L’année suivante, ils furent envoyés à l’usine sidérurgique de Völklingen dans la Sarre mais profitèrent d’une permission pour revenir à Paris comme réfractaires. Contraints à la clandestinité, ils se réfugièrent à Tulle chez un ami le 7 juin 1944. Le 9 juin 1944, dans la matinée, ils furent arrêtés par des Waffen-SS de la division Das Reich au 17 avenue de la Bastille, en même temps que leur hôte, Marius Peti.
Durant le tri des otages effectué dans la cour de la Manufacture d’armes par un membre du Sipo-SD, Walter Schmald, un des deux aurait dit : « C’est mon frère, nous ne nous sommes jamais quittés. » La réponse fut la suivante : « Eh bien, allez avec votre frère. » Ils firent partie des 99 otages pendus.
Henri et Lucien Heckler avaient 23 ans et 10 mois.
Leurs corps furent exhumés du charnier de Cueillle et inhumés le 29 mai 1949 au Pré-Saint-Gervais (Seine, Seine-Saint-Denis).


Tulle, 9 juin 1944 : les pendus de Tulle

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article185130, notice HEKLER Henri par Gilbert Beaubatie, version mise en ligne le 12 septembre 2016, dernière modification le 13 janvier 2021.

Par Gilbert Beaubatie

SOURCES : Notes de Gilbert Beaubatie. — Citroën par ceux qui l’ont fait, Éditions de l’Atelier, 2013, p. 73, avec photo.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément