LERAT Paul, Henri

Par Daniel Grason

Né le 10 mai 1921 à Trappes (Seine-et-Oise, Yvelines), tué le 20 août 1944 à Paris (1er arr.) ; ouvrier, gardien de la paix ; F.F.I.

Fils jumeau de Jules Lerat, journalier agricole, et de Marie Ménil, sans profession, Paul Lerat obtint le CEP dans sa treizième année, il poursuivit deux années de cours supérieurs. La situation familiale ne lui permit pas de continuer des études, il entra en apprentissage dans un garage pour apprendre la mécanique. Licencié du fait de la fermeture de l’établissement, il travailla dans une usine de produits sanitaires. Il s’engagea dans l’armée pour quatre ans, fut incorporé dans l’armée d’armistice le 25 mars 1942 au 2e Régiment d’infanterie coloniale à Carcassonne (Aude). Il quitta l’armée huit mois plus tard, le 30 novembre 1942.
L’un de ses oncles était gardien de la paix, il postula un emploi auprès de la Préfecture de police de Paris, il commença auxiliaire le 1er avril 1943. Il habitait chez ses parents 19 rue de Constantine à Paris (VIIe arr.). Il fut affecté au commissariat du XIe arrondissement. Le 22 janvier 1944 épousa à Paris (XIIe arr.) Jeannine, Georgette Bégat, dont les parents étaient concierges des Établissements Vilmorin-Andrieux rue de Reuilly, le jeune couple habita au n° 67.
Le 20 août 1944 l’armée allemande assiégea la préfecture de police, Paul Lerat était parmi les défenseurs. Lors d’un assaut des allemands, il fut tué au combat d’une balle dans la tête. Inhumé le 30 août 1944 au cimetière parisien de Thiais (Seine, Val-de-Marne), il a été après une bénédiction religieuse ré-inhumé le 14 novembre 1945 au cimetière parisien d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne).
Une plaque posée contre le mur de la mairie du XIe arrondissement a été dédiée « Aux policiers du XIe arr. morts pour la France pendant la Libération de Paris. Souvenez-vous ». Huit noms ont été gravés dans le marbre dont celui de Paul Lerat, son nom figure sur la liste des Morts pour la Libération de Paris au Musée de la Police, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, (Ve arr.),
Le ministère des Anciens combattants lui attribua la mention « Mort pour la France », il a été homologué F.F.I.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article185152, notice LERAT Paul, Henri par Daniel Grason, version mise en ligne le 27 octobre 2016, dernière modification le 10 octobre 2018.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. KC 22 (notes transmises par Christian Chevandier). – SHD, Caen AC 21 P 78318. – Bureau Résistance GR 16 P 364879. – Christian Chevandier, Été 44. L’insurrection des policiers de Paris, Éd. Vendémiaire, 2014. – « Au cœu– « Au cœur de la Préfecture de Police de la Résistance à la Libération », Sous la dir. de Luc Rudolph, Directeur honoraire des services actifs, Éd. LBM, 2009. – Site internet GenWeb. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément