CAMUS Louis

Par Pierre Goujon

Né le 25 juillet 1893 à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) ; mineur aux houillères de Blanzy ; militant syndicaliste et communiste ; déporté.

Revenu à la mine de Blanzy la guerre terminée, Louis Camus s’engagea dans de nombreuses activités politiques malgré le handicap d’une infirmité gênante : il était atteint de surdité. Militant à l’ARAC, il en fut le délégué à la propagande dès 1922. Inscrit au groupe communiste de Blanzy la même année, il milita ensuite dans la cellule des mineurs de Montceau-les-Mines dont il fut secrétaire en 1932 (secrétaire adjoint : Thomas Claude ; trésorier ; Meunier Louis ; trésorier adjoint : Pin Émilien) ; la cellule regroupait alors trente-cinq adhérents. À la même époque, il fit aussi partie du comité du secteur de Chalon-sur-Saône et du comité de la région de Saône-et-Loire. Une notice le concernant avait déjà été établie par la police le 28 août 1925.
Le 16 avril 1943, Louis Camus fut déporté au départ de Compiègne vers le camp de Mauthausen, puis vers le kommando de Saurerwerke. Il fut libéré en mai 1945.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article18523, notice CAMUS Louis par Pierre Goujon, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 2 mai 2022.

Par Pierre Goujon

SOURCES : Arch. Nat. F7/13130, année 1932. — Arch. Dép. Saône-et-Loire, série M, police politique. — Note de Jean-Pierre Besse.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément