CAMUS Lucien [CAMUS Claude, Charles, Lucien]

Par Pierre Goujon

Né le 5 juin 1903 à Sagy (Saône-et-Loire), mort le 16 octobre1988 à Maisons-Laffitte (Yvelines) ; cultivateur à Sagy ; militant communiste ; déporté.

Fils de cultivateurs, cultivateur lui-même à Sagy, Lucien Camus milita très jeune dans le nouveau Parti communiste ; son activisme politique attira sur lui l’attention des autorités qui l’inscrivirent au carnet B de Saône-et-Loire en 1929. En 1932, il fut secrétaire de la cellule de sa commune (une des six cellules du sous-rayon de Louhans) dans laquelle il réunit une douzaine d’adhérents ; il fut en même temps membre du comité de la région de Saône-et-Loire. Une notice le concernant avait déjà été établie par la police le 20 juin 1928. Aux élections législatives de mai 1932 et du 26 avril 1936, il fut candidat du Parti communiste dans la circonscription de Louhans. Il groupa 846 voix au premier tour en 1932 (4 % des inscrits), 123 au second ; en 1936, il obtint 975 voix au premier tour (4 % des inscrits). Il quitta la Saône-et-Loire après ces dernières élections : il était domicilié à Athis-Mons en 1937. Il publia dans La Terre du 22 janvier 1938, un article intitulé « La main tendue : unissons-nous contre la guerre ».
Lucien Camus fut déporté au départ de Toulouse le 30 juillet 1944 vers Buchenwald d’où il fut libéré.
Il s’était marié en août 1935 à Mouthier-en-Bresse (Saône-et-Loire).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article18524, notice CAMUS Lucien [CAMUS Claude, Charles, Lucien] par Pierre Goujon, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.

Par Pierre Goujon

SOURCES : Arch. Nat. F7/13130, année 1932. — Arch. Dép. Saône-et-Loire, série M, police politique. — Note de Jean-Pierre Besse. — État civil de Sagy.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable