LAZZARELLI Luigi, dit Relli.

Par Anne Morelli

Mulazzo (Toscane, Italie), 29 novembre 1892 − Abbeville (département de la Somme, France), 20 mai 1940. Garçon de café, secrétaire du Parti socialiste italien en Belgique, président de l’Unione popolare italiana.

Luigi Lazzarelli ne fréquente que quelques années l’école primaire. Il exercera toute sa vie le métier de garçon de café. Il est secrétaire de la Bourse du travail de Borgotaro (Parme) puis, de 1919 à 1922, il collabore à L’Idea di Parma.

En 1923, Luigi Lazzarelli émigre en France mais en est expulsé au début de 1928. Il arrive alors en Belgique. De 1928 à 1940, il est l’un des principaux dirigeants socialistes italiens en Belgique. Il inspire en 1928 les articles du Peuple sur l’affaire Cestari (tentative manquée d’assassinat d’un indicateur fasciste). Fernand Brunfaut le cite dans une intervention parlementaire à la Chambre le 20 novembre 1928, pour illustrer les difficultés que rencontrent les antifascistes à obtenir un passeport des autorités italiennes de Belgique.

Luigi Lazzarelli collabore régulièrement à l’organe officiel de la Commission syndicale (CS - syndicat interprofessionnel socialiste), Le Mouvement syndical belge et au Nuovo Avanti, publié par les socialistes italiens à Paris.

Pendant la guerre d’Espagne, Lazzarelli déploie une grande activité en faveur des républicains. Il s’occupe notamment du recrutement de volontaires italiens pour les Brigades internationales en Belgique. Son action lui vaut d’ailleurs les félicitations du secrétariat particulier du président de la république espagnole.

En 1937, Luigi Lazzarelli fait partie de la CS du Parti ouvrier belge (POB) et il participe en tant que délégué « belge » au Congrès du Parti socialiste italien (PSI) à Paris. Comme secrétaire de la Fédération belge du PSI, il est en contact étroit avec les dirigeants socialistes de Paris et Nenni lui rend occasionnellement visite à Bruxelles. Il est le promoteur, de 1936 à 1939, de l’Association – antifasciste – belgo-italienne des anciens combattants.

Luigi Lazzarelli est l’un des principaux exposants socialistes de la politique du Front populaire au sein de l’émigration italienne de Belgique. Ayant noué de nombreux contacts avec les communistes, il devient président de l’Unione popolare italiana (UPI), organisation de front unique des Italiens de Belgique. Il a, en outre, des fonctions au sein du Fonds Matteotti, créé par le mouvement socialiste pour aider les réfugiés politiques.

Le 10 mai 1940, Luigi Lazzarelli, époux de Katy Schmidt, est arrêté comme « suspect » par les autorités belges. Transféré dans le Nord de la France, il est fusillé « par erreur » quelques jours plus tard par les Français à Abbeville.

Le professeur Paul M.G. Levy dit de Luigi Lazzarelli qu’il a été « l’une des plus belles figures de l’antifascisme italien en Belgique ». Jef Rens à qui Lazzarelli a demandé conseil le 10 mai 1940 et qui lui a conseillé de se livrer dans aucune crainte aux autorités belges, a consacré à sa mémoire une nouvelle intitulée Pour rien. Il y dit notamment ceci : Je n’ai jamais rencontré un Italien plus représentatif de son peuple que lui (…). Il avait réussi, par son travail, à se tailler une place dans les rangs du peuple belge mais, réfugié volontaire, il continuait à s’intéresser activement au sort des réfugiés moins privilégiés et nul ne saura jamais la part de son traitement qu’il consacra à soulager la misère de ses compagnons d’infortune (…). Il était arrivé en Belgique plein de confiance, sûr d’y trouver un asile. Il avait appris à aimer notre pays. Il s’était conformé scrupuleusement à ses lois, il avait fait sien le mode de vie de ses habitants ; travaillant parmi nous, il partageait nos joies et nos peines. Il était devenu l’un des nôtres, sans renier sa patrie dont il espérait la délivrance avec une telle impatience. Son exil, épreuve pénible entre toutes, ne l’avait pas entamé. Il portait en lui une foi indescriptible en l’homme, c’est elle qui prêtait à son visage la lumière, l’expression d’intensité qui sont les reflets d’une âme pure. Quelques balles tirées par bêtise ont arrêté cet élan. »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article185261, notice LAZZARELLI Luigi, dit Relli. par Anne Morelli, version mise en ligne le 16 septembre 2016, dernière modification le 29 décembre 2019.

Par Anne Morelli

ŒUVRE : Le Mouvement syndical belge, voir notamment 1937, p. 119, 184 et sv., 265-297 ; 1938, p. 290 et sv., p. 366 et sv., p. 416 ; 1939, p. 82 et sv, p. 140 et sv., p. 182 et sv. − Nuovo Avanti, voir notamment 27 juin 1936, 7 novembre 1936, 13 mars 1937, 23 octobre 1937.

SOURCES : Archives centrales de l’État, Rome : ACS, PS, 1932, sez I, busta 26, K1 A, rapport du 10 octobre 1932 ; ACS, CPC 11. 944 (icono) − RENS J., Pour rien, manuscrit inédit dactylographié, s.d., 6 pages − Le Journal de Charleroi, 9 novembre 1931 (icono) − Annales parlementaires, la Chambre, 20 novembre 1928, p. 28 − LABRIOLI L., Storia e legenda di Arturo Labriola, Ed. Europa, Napoli, 1967, p. 223 − MORELLI A., « Le PSI en Belgique avant la guerre », Il lavoro, avril 1979 - Interview de Léo Moulin, le 26 mars 1979 − Interview de Jef Rens, le 26 septembre 1979.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément