ROUGEOT Roger, Marie, Léon

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 25 août 1914 à Lucenay-Lévêque (Saône-et-Loire), exécuté sommairement le 29 novembre 1944 à Greffern (Bade-Wurtemberg, Allemagne) ; garagiste ; résistant du réseau SR Alliance.

Fils de Émile Rougeot, coiffeur militaire mobilisé au premier régiment d’artillerie à Bourges lors de sa naissance, et de Jeanne Durand, sans profession, Roger Rougeot s’était marié le 1er octobre 1938 à Bard-le-Régulier (Côte-d’Or) avec Aimée Millot. Mécanicien garagiste à Autun, il entra dans la Résistance comme agent de renseignement du réseau Alliance avec le matricule K 142, sur la région Est "Forteresse", secteur d’Autun. Son garage servait de lieu d’hébergement au poste central du secteur.

Arrêté le 30 septembre 1943, il fut acheminé à la gare de Kehl par convoi depuis Paris et interné à la prison de Bühl (Bade-Wurtemberg, Allemagne). La Gestapo de Strasbourg transmit le 15 février 1944 son dossier au Tribunal de guerre du Reich, qui y apposa les tampons « secret » et « affaire concernant des détenus » ainsi que la classification "NN" (Nacht und Nebel-Nuit et Brouillard). Il fut remis à disposition de la Gestapo de Strasbourg le 10 septembre 1944, comme la plupart des détenus d’Alliance qui n’avaient pas encore été jugés ce qui équivalait à une condamnation à mort.

Le 29 novembre au matin Roger Rougeot et sept de ses camarades du réseau Alliance furent extraits de leur cellule par le trio de la Gestapo Julius Gehrum, chef de l’AST Strasbourg, Reinhard Brunner, Kriminalkommissar et Erwin Schœnner et transportés dans une camionnette de pompiers jusqu’au poste de douane de Greffern (Bade-Wurtemberg, Allemagne). Ils furent ensuite chargés sur des bateaux à moteur qui descendirent le Rhin. Un peu plus loin Roger Rougeot et ses compagnons durent se déshabiller et furent abattus deux par deux d’une balle dans la nuque puis jetés dans le Rhin.

Il obtint la mention "Mort pour la France" en juillet 1946 et la mention "Mort en déportation" par arrêté du 06 juillet 1995.

Son nom figure sur le monument aux morts de Lucenay-Lévêque (Saône-et-Loire) et sur le monument commémoratif du Pont de l’Europe, à Strasbourg, "À la Mémoire des agents du réseau Alliance détenus à la prison de Bühl massacrés et jetés dans le Rhin par la Gestapo de Strasbourg le 29 novembre 1944".

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article185336, notice ROUGEOT Roger, Marie, Léon par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 26 septembre 2016, dernière modification le 10 octobre 2018.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Auguste Gerhards, "Tribunal du 3e Reich", archives historiques de l’armée tchèque, à Prague, Le Cherche Midi, Paris 2014. — Mémorial de l’Alliance, 1948. — Mémorial GenWeb. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément